Informatique et web au service de la médecine

L’ordinateur vecteur de transformation des pratiques médicales
Les praticiens marocains possèdant un logiciel de gestion du cabinet médical sont rares.

Encore vécue comme une contrainte par de nombreux acteurs de la santé, l’informatique pourrait pourtant faire évoluer leurs pratiques professionnelles. Les médecins férus d’informatique en sont convaincus : l’informatique est le pivot d’une nouvelle pratique médicale, précise le docteur Tarik Sqalli, néphrologue à Rabat, passionné d’information et d’internet médical. Les logiciels dits médicaux facilitent l’accès aux bases de données médicales, aident à la prévention et au dépistage, sans oublier bien sûr une meilleure gestion du dossier patient.La plupart des professionnels de la santé ne sont pas aussi avancés dans l’utilisation de l’informatique et rares sont les praticiens marocains qui possèdent un logiciel de gestion du cabinet médical.

Selon le Dr Sqalli, le marché francophone compte des poids lourds comme Axilog (Axisanté), Cegedim (Crossway Ville) et Imagine Editions (Hellodoc) pour les cabinets médicaux, Julie et Visiodent pour les dentistes, Serval ou encore Actibase pour les radiologues. A côté de ces «majors», notons la présence de multiples petits éditeurs représentant chacun une faible part du marché.

L’assistance par internet répondra à l’angoisse des médecins qui ne maîtrisent pas l’informatique
Au Maroc, l’informel a fait avorter les quelques tentatives timides d’infiltrer le secteur. La plus notable est celle de Software technologies, basée à Mohammédia, avec son logiciel KRS. Les promoteurs de ce projet reviennent à la charge avec leur site www.monpatient.net (en test), en choisissant la voie du logiciel médical accessible sur internet. Pour eux, «l’âge du logiciel monoposte est mort» et les raisons d’espérer un franc succès par la voie du web sont multiples. D’abord, le problème du piratage sera contourné grâce à un prix abordable par rapport aux logiciels classiques. Ensuite, l’assistance par internet permettra aux médecins de surmonter leur angoisse face à leur poste de travail qu’ils ont souvent du mal à maîtriser. L’accessibilité à distance permet aussi de devancer l’arrivée inéluctable au Maroc du dossier médical personnel (DMP) accessible au patient et à ses différents médecins traitants, après son entrée en vigueur dans de nombreux pays européens. Là encore, les logiciels actuels semblent inadaptés puisqu’ils obligent les praticiens à effectuer de nouvelles saisies pour alimenter le DMP. Par ailleurs, un logiciel sur le web offre un atout majeur qui permet une adaptation rapide aux éléments nouveaux qui imposent un renouvellement du parc de logiciels médicaux. Le lancement de l’assurance maladie obligatoire (Amo) et l’obligation pour les médecins d’adopter la tarification nationale de référence pour le remboursement ou la prise en charge des honoraires rendent ce logiciel encore plus efficace.