Grippe porcine au Maroc : les moyens préventifs

Selon des sources autorisées, le Maroc dispose de cinq millions de masques de protection et de 1 million de doses d’antiviraux inhibiteurs de la neurominidase, qui se présentent sous deux formes : orale  (l’oseltamivir ou Tamiflu) et  inhalée (zanamivir ou Relenza). Le traitement curatif nécessite 5 jours à raison de deux prises par jour, en fonction du poids et de l’âge de l’individu, indique le Pr Ghali Iraqi, professeur de pneumologie à la faculté de médecine de Rabat. Par ailleurs, ajoute le Pr Iraqi, qui est également médecin chef de l’hôpital universitaire  Moulay Youssef spécialisé dans les maladies respiratoires, une chimioprophylaxie (médication à visée préventive) est possible, à raison d’une dose par jour pendant 2 à 6 semaines. Cependant, il insiste sur l’importance de l’hygiène de vie.  Autres mesures : rester à distance d’un mètre d’un malade et tout sujet revenant d’une zone d’endémie et présentant un syndrome pseudo grippal (fièvre supérieure ou égale à 38°, courbatures, myasthénie, asthénie, anorexie, toux ou essoufflement), doit s’adresser systématiquement aux autorités sanitaires, qui confirmeront ou infirmeront le diagnostic. Au Maroc, si les cas de grippe ordinaire peuvent être détecté cliniquement par les réseaux sentinelles, le typage du virus se fait au niveau de l’Institut national d’hygiène de Rabat. Et si aucun n’a encore été déclaré au Maroc, il faut se rappeler que l’Espagne en compte déjà quelques dizaines, donc vigilance.