7 000 médicaments sont commercialisés au Maroc, dont moins de 5% présentent un risque de rupture

Quelques 7 000 médicaments sont commercialisés sur le marché national, dont moins de 5 % présentent un risque de rupture, a indiqué, lundi à Rabat, le ministre de la Santé, Anas Doukkali.

Le risque de rupture de stock sur le marché marocain des médicaments est estimé à moins de 5%, a indiqué lundi Anas Doukkali en réponse à une question orale à la Chambre des représentants sur la « rupture continue de certains médicaments ».

Le ministre de la Santé a ainsi indiqué que quelques 7 000 médicaments sont commercialisés sur le marché national. La rupture de certains médicaments est due à plusieurs raisons, notamment les procédures légales relatives au contrôle du stock provisoire des médicaments, conformément au décret promulgué en 2002, a-t-il expliqué, ajoutant que le ministère est en phase d’actualiser le texte juridique en la matière, avec le ministère des Affaires générales et de la Gouvernance.

Les facteurs externes de rupture peuvent concerner la société mère et les matières premières concentrées dans trois principaux pays, à savoir les États-Unis, la Chine et l’Inde, ainsi que l’attractivité du marché. Cette situation peut être surmontée par l’octroi des licences temporaires ou le recours aux marchés publiques, conclut Anas Doukkali.

(Avec MAP)