Subventions : En 2018, les partis ont dépensé 120 MDH

Le RNI est celui qui dépend le moins des aides publiques. Elles ne représentent que 24% de son budget.

En 2018, le budget des partis politiques, toutes tendances confondues, a dépassé légèrement 120 MDH. Ainsi, d’après le dernier rapport de la Cour des comptes, les ressources des 31 partis politiques, qui ont déposé leur comptes, relatives à l’exercice 2018 a atteint 120,84 MDH, 128,04 MDH en 2017 et 367,64 MDH en 2016 qui est une année électorale. D’après la juridiction financière, le montant de la subvention de l’Etat représente à peine 54,9% du montant total de leurs ressources. La Loi de finances de 2018 a, en effet, prévu une enveloppe budgétaire de 80 MDH au titre du soutien accordé par l’Etat aux formations politiques. Le montant de la contribution qui leur est effectivement accordée à atteint seulement 66,10 MDH contre 73,73 MDH en 2017.

Les 80 MDH accordés par l’Etat comprennent un montant de 58,59 MDH au titre de sa contribution à la couverture des frais de gestion accordé à 27 partis et un montant de 7,50 MDH au titre de la contribution de l’Etat à la couverture des frais d’organisation des congrès nationaux ordinaires. Globalement, les ressources des partis politiques comprennent, en plus du soutien de l’Etat, principalement les contributions et les cotisations de leurs membres qui couvrent un total de 46,40 MDH ainsi que les produits non courants pour une somme de 7,16 MDH.

Par ailleurs, le RNI est le parti qui dépend le moins des subventions de l’Etat pour son fonctionnement et le financement de ses activités. Les aides publiques qui lui ont été accordées en 2018 représentent à peine 24,1% de ses ressources. Avec le PPS (dont les aides publiques représentent 26,1% de son budget), l’Istiqlal (44,4) et le PJD (49,86), ce sont les partis qui dépendent le moins des subventions publiques. Par contre, l’Etat contribue à plus de 92% dans les ressources de 17 partis politiques dont l’UC (99,85%) et le MDS (100%). L’Etat contribue au financement de six autres formations politiques dans une fourchette se situant entre 76,65% (USFP) et 86,27% (MP). Le PSU (80,53%) et le PAM (77,46) font également partie de cette catégorie.