Sahara : un allié du Polisario à la Maison blanche mis à la porte

Avec le limogeage de John Bolton, c’est le deuxième acteur principal de ce dossier à avoir quitté ses fonctions.

Voilà une décision qui ne manquera pas de toucher le Maroc, quoique indirectement. Le président américain, Donald Trump, vient de mettre fin au mandat du Conseiller à la sécurité nationale, John Bolton. Le personnage est connu des Marocains pour son soutien au Polisario. C’est pour cela que ce limogeage pourrait, selon plusieurs observateurs, avoir un impact sur le dossier du Sahara.

Le désormais ex- conseiller à la sécurité nationale était, en effet, un des membres de l’administration américaine les plus impliqués dans ce dossier. Faut-il rappeler à ce propos que c’est sous sa houlette que les États-Unis ont réclamé une réévaluation du rôle des missions de la paix, dont la Minurso, aux Nations Unies ? John Bolton semblait également prôner une résolution rapide, coûte que coûte, du conflit. De même, il a pesé de tout son poids pour que la durée du mandat de la Minurso soit ramené d’un an à six mois, contre l’avis du secrétaire général de l’ONU et de la diplomatie française.

Avant d’être nommé par le président américain, M.Bolton était l’un des conseillers de l’ancien envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, James Baker, auteur du «Plan Baker II», l’un des plans de résolution les plus contestés de ce dossier. Cela dit, le renvoi de M. Bolton intervient à quelques semaines de l’examen de la question du Sahara au Conseil de sécurité. Ce dernier devrait prendre une nouvelle résolution avant fin octobre. Notons que John Bolton est, après le départ de l’envoyé personnel du SG de l’ONU Horst Köhler, le second acteur important dans le dossier du Sahara à avoir quitté ses fonctions en l’espace de quelques mois.