PJD : c’est parti pour un troisième mandat de Benkirane

Il vient de placer ses hommes au comité préparatoire du congrès.

Abdelilah Benkirane est presque assuré de remporter un troisième mandat à la tête du PJD. En tout cas, il a tout fait pour. Le secrétaire général sortant a veillé, en effet, à placer ses hommes à la tête du comité préparatoire du prochain congrès. C’est son plus fidèle collaborateur, Mohammed Yatime, qui a été désigné président de ce comité qui compte également parmi ses membres d’autres proches de Benkirane comme Nabil Chikhi, Slimane El Amrani, Abdelhak El Arabi et Mustpaha El Khalfi, pour ne citer que ceux-là. On n’y retrouve, par contre, aucune personnalité proche de Aziz Rebbah, de Saâdeddine El Othmani ou encore de Mustapha Ramid, présentés à maintes reprises comme candidats potentiels à la succession de Benkirane à la tête du parti.

Dans les faits, les statuts du PJD limitent le nombre de mandats à la fonction de secrétaire général à deux. C’est le cas également de l’Istiqlal, par exemple, mais ce parti avait amendé, en 2008, ses statuts pour permettre à son SG, s’il est chef du gouvernement, d’être maintenu au poste pour un troisième mandat exceptionnel. C’est vraisemblablement le scénario qu’un clan du PJD compte reproduire. Il estime qu’en plus d’affaiblir sa position au sein du gouvernement, désigner un autre secrétaire général que Benkirane pourrait créer des tensions entre le chef du gouvernement et le chef du parti. Le clan des rigoristes, lui, estime que la fonction doit transcender la personne et qu’il n’est pas question de changer les statuts à chaque fois qu’il faut répondre à une question conjoncturelle.

A rappeler qu’en mai de l’année dernière, le mandat de Benkirane a été déjà prorogé d’une année pour lui permettre de conduire le parti aux élections et lui permettre de rempiler à la tête du gouvernement.