Le RNI entame sa mue : vers un parti fort, sérieux, transparent et proche des citoyens

Le parti réaffirme encore une fois que ses uniques adversaires sont la pauvreté, la précarité et le chômage.

Moins de 100 jours après l’élection de son nouveau président, le changement est déjà perceptible au RNI. Le parti s’affirme et n’hésite plus à prendre des positions, parfois audacieuses et tranchées. Son discours, naguère atone, gagne en intensité et en portée. Le RNI est aussi un parti qui s’organise et se (re)structure. De sa tournée à travers les régions du Royaume, parti à la rencontre des militants, des sympathisants et parfois même de simples citoyens, le président Aziz Akhannouch est revenu avec une feuille de route pour «mieux servir les citoyens et les intérêts suprêmes de la Nation».

Les grandes lignes de cette feuille de route pour la restructuration du parti et la dynamisation de son action ont été exposées, dimanche à Agadir, dernière étape de cette tournée nationale du président. Lors d’un rassemblement réunissant plusieurs milliers de militants, Aziz Akhannouch a annoncé: «Nous avons choisi d’annoncer cette feuille de route à partir de la région de Souss-Massa qui incarne parfaitement les valeurs que nous portons en tant que formation politique : la droiture, le sérieux et l’honnêteté». Le slogan synonyme de ce nouveau dynamisme, «Agharass-Agharass», n’a jamais autant pris son sens. Mais pour ceux qui y voient un slogan creux pour prendre position et s’afficher sur l’échiquier politique, ou une prise de position vis-à-vis des autres partis, le RNI réaffirme encore une fois qu’il «n’a d’autres adversaires que la pauvreté, la précarité et le chômage».

Ce qui anime le nouveau président c’est l’impératif de consolider «la gouvernance interne et la démocratie participative». En ce sens, le parti se fixe comme horizon les échéances de 2021. Mais aujourd’hui, la priorité sera donnée à la dynamisation des structures locales et régionales afin de faire entendre la voix des militants et renforcer la proximité avec le citoyen, réhabiliter l’action politique, et renforcer le rôle des organisations parallèles du parti notamment celles des jeunes, de la femme et des différents secteurs professionnels. Les structures régionales et locales du parti, leur mode de fonctionnement, le mode de désignation de leur responsable seront également revus.

De même que les instances nationales seront réorganisées pour une plus grande efficacité et efficience tout en associant les jeunes, les cadres, les femmes et les MRE à la prise de décision. Tout sera prêt avant le congrès prévu fin mai. Le RNI veut également revoir son image. Pour ce faire, le président a exposé des mesures concrètes pour combler le déficit en communication au sein du parti, les nouvelles technologies seront mises à contribution à ce niveau, ainsi qu’en termes de mise en valeur de ses réalisations et celles de ses ministres.

Pour la nouvelle direction, il est temps de passer de la logique d’un parti travaillant uniquement pour les élections vers une formation dynamique et constamment à l’écoute des citoyens, affirme le leader du RNI.

Le parti comme tous les autres a sa place dans la société, car, en démocratie, remporter la majorité n’implique nullement l’exclusion des autres. Aussi, la priorité pour le RNI est-elle de continuer à œuvrer en faveur de l’édification d’un Maroc ouvert et fort, sous la conduite éclairée de SM Mohammed VI. Un Maroc où l’obscurantisme, la radicalisation et le rejet de l’autre n’ont pas lieu d’exister.