Jeunes, élites, femmes, société civile…, le RNI pousse les feux en région

Il a tenu sa 7e rencontre avec pour objectifs de convaincre les élites de s’impliquer dans la régionalisation et d’écouter les doléances des jeunes.
La tournée régionale se poursuit : Rabat, Marrakech et Tanger sont les prochaines étapes.

A deux ans des législatives de 2012, terme au delà duquel il entend devenir la première force politique du pays avec 200 000 adhérents, le RNI pousse les feux de son action de charme régionale avec son slogan «Faire de la politique autrement». Samedi 9 octobre, il tenait une autre édition de son université régionale, cette fois-ci dans la région de Souss-Massa-Draâ, fief d’un de ses ministres, Aziz Akhannouch, en charge du portefeuille de l’agriculture et de la pêche. Il s’agit de la 7e rencontre du genre depuis le 23 janvier 2010, date qui a vu le mouvement réformateur mené par le Rniste, ministre des Finances, Salaheddine Mezouar, prendre les rênes de la formation politique et se proclamer du libéralisme social. Safi, Tanger, Settat, Kénitra, Fès, Meknès, Casablanca et Agadir. En neuf mois, les cadres du parti sont allés à la rencontre des régions avec une idée toute simple : discuter, expliquer, parler de l’identité idéologique du RNI et de son organisation, «mais pas nécessairement pour recruter», défend un haut cadre du parti. L’on se doute bien qu’il y a nécessairement une arrière-pensée politicienne, mais visiblement les cibles visées sont de loin plus amples que le potentiel existant.

1 200 jeunes réunis et un dîner offert aux élites de la région d’Agadir

Cette fois-ci encore, et comme ce fut le cas à Casablanca, le 14 juillet dernier, c’est avec 1 200 jeunes que le bal a été ouvert pour une discussion à bâtons rompus avec les représentants du parti, dont Moncef Belkhayate, ministre de la jeunesse et des sports. En temps que responsable de tutelle du football, ce dernier a d’ailleurs dû interrompre la séance pendant 45 minutes, le temps d’aller jeter un œil sur le match Maroc-Tanzanie qui était diffusé à ce moment-là, ce que l’assistance lui a volontiers permis. Le soir-même, c’est un dîner offert aux élites de la région qui était programmé avec pour objectif de convaincre les 700 personnes présentes dans la salle de s’impliquer davantage dans le processus de régionalisation à venir. Déjà la veille, vendredi 8 octobre, une rencontre aux objectifs similaires, mais restreinte aux hommes d’affaires s’était tenue, dans le domicile gadiri de l’un des notables de la région. Il faut dire que depuis le discours du Souverain du 20 Août, portant sur la régionalisation, le parti a sauté sur l’occasion tout en ayant un langage transparent. «Si les gens veulent s’impliquer dans la réussite de la régionalisation dans notre cadre, c’est tant mieux. Sinon, nous aurons au moins eu le mérite de les convaincre d’être les acteurs du changement, qu’ils soient partisans ou non», affirme-t-on de source autorisée chez le RNI. Certes l’étape gadirie ne s’est pas limitée à cela puisque, dimanche 10 octobre, un atelier sur l’agriculture était programmé, suivi d’une rencontre avec les 925 élus de la région, mais le pivot des rencontres à venir (Marrakech, Rabat et Tanger) devrait être celui de la régionalisation avec une attention particulière à accorder aux jeunes et aux femmes.