«Nous vivons le printemps de l’USFP»

Je crois que le parti n’a jamais aussi bien préparé un de ses congrès. Tout s’est passé dans la fluidité, la démocratie et la transparence.

La Vie éco : On dit que la préparation du congrès s’est mal passée.
Driss Lachgar : Je crois que le parti n’a jamais aussi bien préparé un de ses congrès. Tout s’est passé dans la fluidité, la démocratie et la transparence. Il faut se souvenir d’une époque où l’on recevait, de la part de la direction du parti et des organisations affiliées à l’USFP, des positions contradictoires. Il faut aussi se rappeler les conditions dans lesquelles a été préparé le VIe congrès et comment la Chabiba prenait systématiquement le contre-pied du parti, épaulée par la centrale syndicale et quelques membres de la direction. Aujourd’hui, toutes les organisations affiliées au parti travaillent dans l’harmonie, mais également dans la différence. Il y a, bien sûr, des divergences, thématiques et non personnelles comme c’était le cas auparavant. Tous ces débats sont canalisés dans les organes du parti.

Selon Mohamed Lahbabi, le parti s’est débarrassé de sa jeunesse et de ses intellectuels et court à la catastrophe…
L’opinion publique tranchera sur ce débat. La jeunesse du parti se porte aujourd’hui très bien et elle est présente à travers une centaine de bureaux sur tout le territoire. Ceci s’applique également au syndicat. La Fédération démocratique du travail issue de la CDT a remporté plusieurs succès lors des élections des représentants des salariés. Je crois que nous vivons actuellement le «printemps de l’USFP».

Comment expliquez-vous les critiques de certains anciens membres du bureau politique envers le premier secrétaire ?
Je suis très respectueux de l’expérience de mes aînés, tel Mohamed Lahbabi. Je crois que le fait qu’il se soit éloigné des centres de décision et le fait qu’il ne participe plus directement aux affaires du parti a introduit un petit peu de flou dans ses analyses.

Il n’empêche que l’on n’a jamais vu les positions de Mohamed Lahbabi publiées dans la presse du parti …
Je n’ai pas eu connaissance que Libération ou Al Ittihad Al Ichtiraki aient un jour refusé de publier un écrit de M. Lahbabi. Soyez sûrs que je défendrai toujours son droit à publier ses positions tout en sachant qu’il a plusieurs moyens de le faire, notamment au sein de la commission préparatoire du congrès .

Driss Lachgar
Membre du bureau politique de l’USFP