Qui est l’auteur de la fusillade de Strasbourg ?

Le casier judiciaire de Chérif C. «comporte 27 condamnations pour des faits de droit commun commis pour la quasi-totalité en France mais aussi en Allemagne et en Suisse».

L’auteur de la fusillade de mardi à Strasbourg (Est de la France) est toujours activement recherché ce mercredi matin, alors que le parquet de Paris, qui s’est saisi de l’affaire, vient de révéler les premiers éléments sur son profil et son passé judiciaire.

Le casier judiciaire de Chérif C. «comporte 27 condamnations pour des faits de droit commun commis pour la quasi-totalité en France mais aussi en Allemagne et en Suisse», a ainsi indiqué le procureur de la République, Remy Heitz dans une conférence de presse télévisée.

L’assaillant «était connu de l’administration pénitentiaire pour sa radicalisation et son prosélytisme. Il est inscrit au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) et fiché S (pour sûreté de l’Etat). Il a fait l’objet d’un suivi de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI)», a-t-il précisé.

«L’enquête va désormais se poursuivre pour le localiser, retracer son itinéraire et identifier d’éventuels co-auteurs», a affirmé Heitz qui a fait état de placement en garde à vue de «quatre proches» de l’assaillant.

Chérif C. «a tout au long de son parcours ouvert le feu et utilisé un couteau avec lequel il a blessé grièvement et donné la mort», a détaillé le procureur ajoutant qu’il a ensuite visé des membres de l’opération Sentinelle avant d’essuyer des tirs de riposte qui l’ont blessé au bras.

Des témoins auraient entendu l’assaillant crier «Allah Akbar», selon Heitz qui a fait état du décès de deux personnes et d’une autre en état de mort cérébrale lors de cette attaque perpétrée, mardi soir, au centre-ville de Strasbourg où se tient le plus important marché de Noël de France. Douze personnes ont été également blessées, dont six se trouvent dans état d’«urgence absolue», selon le procureur de la République de Paris qui a souligné l’ouverture d’une enquête pour «assassinats en relation avec une entreprise terroriste».

(Avec MAP)

 

A Lire aussi :

Attaque à Strasbourg : la France en « urgence attentat »