Espace : Le décollage de la fusée d’Artémis reporté à cause d’un problème technique

Une nouvelle fusée de la Nasa devait décoller ce lundi en début d’après-midi vers la Lune dans le cadre de la mission Artemis 1. Cette opération a été reportée en raison d’une série de problèmes techniques. Les prochaines dates de décollage possibles sont les 2 et 5 septembre.

 

Le décollage de la nouvelle fusée de la Nasa pour la Lune, la plus puissante du monde, a été annulé lundi en raison d’un problème technique, une déception pour l’agence spatiale américaine, qui devra désormais viser les prochaines dates de repli.

Cinquante ans après le dernier vol d’Apollo, la mission Artémis 1 doit marquer le début du programme américain de retour sur la Lune, qui doit permettre à l’humanité d’ensuite atteindre Mars.

Les prochaines dates de décollage possibles sont les 2 et 5 septembre. Mais le problème devra d’abord être évalué en détails par les équipes de la Nasa avant de déterminer une nouvelle date.

Le lancement était initialement prévu à 08H33 (12H33 GMT) depuis l’aire de lancement 39B du centre spatial Kennedy, en Floride.

Mais alors que le jour se levait peu à peu sur la fusée orange et blanche SLS, haute de 98 mètres, le décollage était devenu de plus en plus improbable.

Les réservoirs de la méga-fusée ont bien été remplis de plus de trois millions de litres d’hydrogène et d’oxygène liquides ultra-froids. Mais le remplissage avait commencé avec environ une heure de retard à cause d’un risque de foudre trop élevé au milieu de la nuit.

Puis une fuite a entraîné une pause lors du remplissage de l’étage principal avec l’hydrogène, avant qu’une solution ne soit trouvée et que le flux reprenne.

Vers 07H00 du matin heure locale, un nouveau problème, décisif, est apparu: l’un des quatre moteurs RS-25, sous l’étage principal de la fusée, n’arrivait pas à atteindre la température souhaitée — condition nécessaire pour pouvoir l’allumer.

Le compte à rebours a alors été stoppé, et après plus d’une heure et demie d’attente et de tentatives de régler le problème, la directrice de lancement à la Nasa, Charlie Blackwell-Thompson, a pris la décision finale d’annuler.

Après cette première mission, Artémis 2 emportera en 2024 des astronautes jusqu’à la Lune, sans y atterrir. Un honneur réservé à l’équipage d’Artémis 3, en 2025 au plus tôt. La Nasa souhaite ensuite lancer environ une mission par an.

Le but: établir une présence humaine durable sur la Lune, avec la construction d’une station spatiale en orbite autour d’elle (Gateway), et d’une base à la surface.

Là, l’humanité doit apprendre à vivre dans l’espace lointain et développer toutes les technologies nécessaires à un aller-retour vers Mars.

(Avec AFP)