Tijania Birouk Thépegnier : «La diversité a fait l’objet d’une charte au sein de notre groupe»

Tijania Birouk Thépegnier, DRH d’Accor Maroc

La diversité est partie prenante de la politique RH du groupe. D’ailleurs, elle a fait l’objet d’une charte à l’échelle internationale en 2010 qui s’appuie sur plusieurs engagements, à savoir l’égalité des chances en prenant en compte les compétences lors de toutes les étapes de sa vie professionnelle, la lutte contre toute forme de discrimination liée à l’origine ethnique, sociale ou culturelle, au sexe, à l’âge, aux caractéristiques physiques, au handicap, aux convictions religieuses, aux langues, à la situation familiale, aux activités syndicales, à l’orientation sexuelle…, l’élaboration d’un  diagnostic diversité dans chaque pays où le groupe est présent, la sensibilisation sur le thème de la diversité en fonction des réalités locales, la communication sur la politique diversité avec l’ensemble des salariés, ainsi que les partenaires…

La charte est le socle de la politique diversité internationale et est disponible en plusieurs langues. Pour toutes ces raisons, le groupe Accor est engagé dans une démarche active en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes, de la diversité des origines sociales, culturelles et ethniques, de la diversité des âges et de l’intégration des salariés handicapés.
Le Maroc n’est pas en reste. Nous militons beaucoup sur la promotion de la femme au sein de notre groupe. D’ailleurs, le ratio de femme dirigeante d’établissement tourne autour de 25%.
Pour les handicapés, nous procédons également à des aménagements de poste de travail essentiellement.
C’est surtout sur le plan sociétal que le groupe a beaucoup investi. Tous nos projets d’aide sont subventionnés par la fondation Accor.

Je citerais à titre d’exemple le projet de soutien des femmes célibataires, le projet de scolarisation des jeunes filles des montagnes à travers la création d’un internat, la formation des femmes à l’extraction des huiles essentielles dans la région d’Oulmès ainsi que le projet en collaboration avec l’association SOS Villages et qui consiste à former les femmes à plusieurs métiers : décoration, couture, travail artisanal…
Ceci dit, le projet qui a été couronné lors des rencontres de la diversité concerne la mise en place des centres de formation d’apprentissage (CFA) qui nous a permis de former plus de 600 jeunes déscolarisés aux métiers de l’hôtellerie.