Stagnation, ennui au travail et comment relancer sa carrière : Avis de Rollande ALLENE, Coach et DG du cabinet Formaction

La stagnation n’est pas une fatalité.

Il est vrai qu’on dit souvent que l’entreprise, surtout la PME, n’offre pas des possibilités de promotion, d’amélioration continue, de possibilité de formation… Pour Rollande Allene, Coach et DG du cabinet Formaction, la stagnation n’est pas une fatalité. Un cadre doit avoir de l’ambition. Il ne s’agit pas de rechercher un statut hiérarchique à tout prix. On peut toujours être responsable de son travail tout en progressant. Un état d’esprit à adopter.

Vous arrive-t-il souvent d’être?sollicités?par?des cadres qui n’ont plus de visibilité sur leur carrière ?
Tout à fait et de plus en plus ! Depuis plus d’un an, je reçois pratiquement un cas toutes les semaines. Généralement, ce sont des cadres et cadres dirigeants victimes de restructuration, de changement de stratégie ou tout simplement d’un changement de management et ils viennent parce qu’ils n’ont plus la capacité de rebondir dans leur entreprise. Certains sont mis à l’écart alors que d’autres voient leur progression freiner au fur et à mesure qu’ils s’approchent des postes de décision. Et donc, ils ont recours au coaching pour explorer de nouvelles voies d’épanouissement.

Peut-on dire qu’une telle situation est le résultat d’un mauvais management  ?
Je dirais plutôt que les responsabilités sont toujours partagées. Elles sont aussi à chercher dans les fonctionnements particuliers de chaque entreprise. Il est vrai qu’on dit souvent que l’entreprise, surtout la PME, n’offre pas des possibilités de promotion, d’amélioration continue, de possibilité de formation… et que dans les entreprises paternalistes, voire familiales, les postes clés sont toujours détenus par un membre de la famille et que même les prises de décision ne dépassent pas ce cercle.
A mon avis, la responsabilité est partagée. Quand le cadre ne trouve pas son compte, il vaut mieux qu’il aille voir ailleurs.

Comment faire pour rebondir ?
De nos jours, on se retrouve de plus en plus fréquemment devant la nécessité de changer d’emploi, d’entreprise, voire de métier compte tenu des changements fréquents de l’environnement de l’entreprise. Le choix de la direction est important. La première étape consiste d’abord à consolider ses acquis. Il faut commencer par faire le bilan de son expérience en cernant ses points forts et points faibles autant sur le plan personnel que professionnel. Connaître ses atouts, c’est construire les bases d’un projet ambitieux. Il faut également se poser les questions sur son marché potentiel, celui que l’on connaît le mieux et où l’on a le plus de chance de réussir.
Dans les entreprises structurées, il existe les entretiens d’évaluation qui permettent justement de clarifier les choses. Si on en sort insatisfait ou que l’on n’a pas été assez écouté quant à ses attentes, je pense qu’il vaut mieux rebondir ailleurs.

Y a-t-il d’autres voies à explorer ?
Les leviers sont différents selon le profil, l’expérience, les compétences … Certains sont réputés universels : c’est le cas de la mobilité, interne ou externe, considérée comme un élément indispensable à toute évolution de carrière. Je dis toujours que pour évoluer dans sa carrière, il faut avoir du bon sens et des qualités intrinsèques : confiance en soi, aisance relationnelle…Le reste suit. De toute façon, les cadres qui arrivent à doper leur carrière ont bien souvent des points communs : ils sont visibles, restent attentifs aux opportunités et ils osent.
De même l’apprentissage continu aide à rebondir parce que la formation initiale n’est qu’une clé qui va lui ouvrir une porte à un environnement tortueux. Un cadre doit être en mesure de se former continuellement compte tenu de l’environnement auquel il est confronté. Ensuite, parce que les organisations et les comportements changent, il doit forger son adaptabilité. Il doit être capable de travailler sur des projets transversaux, voire dans d’autres domaines pour renforcer ses compétences et sa personnalité. Enfin le cadre doit avoir de l’ambition. Il ne s’agit pas de rechercher un statut hiérarchique à tout prix. On peut toujours être responsable de son travail tout en progressant. C’est un état d’esprit qu’il faut adopter.