Stagnation, ennui au travail et comment relancer sa carrière : Avis de Aziz TAIB, DRH dans un groupe Industriel

Nous sommes en train de généraliser les parcours d’évolution professionnelle des collaborateurs.

Chez nous, le souci de fidélisation est un axe important de notre stratégie RH. Pour éviter la démotivation, deux dispositifs sont mis en place.
Premièrement on est en train de généraliser les parcours d’évolution professionnelle des collaborateurs. Nous l’avons réalisé pour certains postes et nous comptons le généraliser. Par exemple, aujourd’hui, un ingénieur en béton connaît son parcours et les possibilités de développement de ses compétences.

En second lieu, nous avons revu notre politique de formation pour permettre aux collaborateurs d’occuper de nouveaux postes ou d’évoluer en transversal.

De manière générale, je pense que tout individu doit faire attention à trois phases importantes durant sa carrière. D’abord celle d’apprentissage. Quand on est un jeune diplômé, il est important de privilégier cette phase car elle va permettre d’avancer.
Ensuite, celle de la contribution. C’est la phase où l’on devient productif, où l’on se positionne dans son domaine.

Enfin, il y a la phase d’évolution. On peut évoluer dans la même structure en prenant en charge de nouvelles responsabilités, un nouveau poste, comme on peut le faire ailleurs.

Il faut aussi savoir que la gestion de carrière suppose deux éléments importants. Le premier est de bien se connaître.
Ce bilan peut se faire à travers plusieurs questions. Qu’est-ce que je sais faire ? Qu’est-ce que je ne veux plus faire ? Quels sont mes objectifs en termes de métier ? Quels sont mes atouts ? Mais il ne s’agit pas de se tracer une voie parfaite pour sa carrière, l’essentiel est d’avoir les idées claires pour y parvenir.

Le second consiste à bien structurer ses acquis pour pouvoir les valoriser ailleurs.