Réseaux féminins, du partage au coaching entre paires

S’agissant d’évolution professionnelle, de reconversion professionnelle ou tout simplement de besoins de conseils, les femmes misent désormais sur les réseaux professionnels. Le digital a permis aujourd’hui à de petites coopératives de vendre leurs produits du terroir à l’autre bout de la planète.

AFEM, Wimen, réseau de femmes pour le mentoring/networking, Lean in Morocco… Pour ne citer que ceux-là, les réseaux féminins ne cessent d’éclore ces dernières années.

La richesse de ces réseaux ne se limite pas à faire des rencontres intéressantes mais aussi de permettre d’échanger, de partager, s’informer, retrouver confiance en soi, le tout à travers des conférences, des formations, des récompenses ou des forums. Au final, il s’agit de promouvoir la solidarité féminine, l’égalité salariale, de lutter contre le harcèlement moral et sexuel au travail ou encore encourager les femmes à investir des secteurs typiquement masculins (l’entrepreneuriat, le digital…).

Pionnière en la matière, l’AFEM (Association des femmes dirigeantes du Maroc) peut compter sur un réseau de plus de 600 femmes chefs d’entreprise dans tout le Maroc. L’association propose notamment de nombreuses activités pour promouvoir l’entrepreneuriat féminin ou encore le SEWI (South Economic Women Initiative), une rencontre qu’elle organise annuellement afin d’explorer les pistes de collaboration et de prendre connaissance des modèles de réussite.
Autre réseau créé plus récemment, l’initiative Lean in Morocco Chapter réunit aujourd’hui une communauté de 300 membres de tous âges et de tous horizons qui mettent en commun leurs compétences et leurs talents au service d’autres femmes pour les encourager à réaliser leurs ambitions et à atteindre leur potentiel.

Certains réseaux se spécialisent dans des domaines particuliers

Pour Nezha Hami Eddine, DG du cabinet Cap RH, «on assiste à une spécialisation des réseaux, notamment dans le networking, le développement de branding… Cependant, nous remarquons que de nombreuses associations marocaines «à caractère féminin» gardent jalousement leurs membres vis-à-vis des autres associations. Le réseautage entre leurs membres ne figurent pas parmi leur priorité». Dans un autre registre, l’accroissement du nombre de coopératives dirigées par des femmes dans le monde agricole est un signe de vitalité manifeste. Sans compter que le digital a permis aujourd’hui à de petites coopératives de vendre leurs produits du terroir à l’autre bout de la planète. De belles initiatives qui ne manqueront pas sans aucun doute aux réseaux et autres associations de jouer pleinement leur rôle dans l’économie nationale.

Reseaux feminins
Questions à Leila Bazzi, Fondatrice de Lean in Morocco

 

Reseaux feminins
Questions à Nezha Hami Eddine, Coach – DG du cabinet Cap RH