Rejoignez-moi sur Facebook

Facebook, nouveau vecteur de communication pour les entreprises. De plus en plus d’entreprises créent leur page sur Facebook pour se donner une nouvelle image. Visibilité, notoriété veille, amélioration des ventes…,les avantages sont nombreux.

Facebook, un réseau social, animé par des millions d’individus à travers le monde, est manifestement un réservoir inestimable d’idées, d’informations, de créativité, de profils surtout. Exactement le type de viviers que recherche n’importe quel DRH, n’importe quelle entreprise. Et les entreprises l’ont compris. Selon une étude de Burson-Marsteller, l’une des plus grandes agences de communication dans le monde, 84% des grandes entreprises (du classement Fortune 100 ) s’assurent de la visibilité sur au moins un réseau social en 2011, contre 79% en 2010. Selon la même enquête, les entreprises internationales intègrent mieux la nature interactive des réseaux sociaux, et sont plus enclines à recueillir directement les avis des utilisateurs à travers ces réseaux quand il s’agit de créer du buzz autour d’un produit ou d’une marque. «Les échanges sur les réseaux fournissent des informations plus riches et originales», confirme Philippe Montant, DG de rekrute.com. Certaines entreprises ont en effet connu un grand succès avec Facebook, comme la chaîne de magasins Target Stores. Pour sa stratégie sur Facebook, la firme a investi 500 000 dollars pour des pages sponsorisées ou des bannières internet dans le but de comprendre les préoccupations et inquiétudes des étudiants d’université angoissés par leur avenir professionnel. Target stores trouve ensuite des solutions à ces étudiants. Cette initiative lui a permis d’augmenter ses ventes de 6%.

Les entreprises marocaines ne sont pas en reste. Meditel ou encore Wana sont connus pour avoir invité à plusieurs reprises les jeunes à réagir sur leurs dernières innovations à travers Facebook.
Centrale laitière, elle aussi,  avait initié une opération en mai dernier à Paris en invitant des étudiants marocains à l’étranger, lors de son forum des Grandes Ecoles organisé à Paris, à prendre connaissance de l’événement et à interagir avec l’entreprise avant de s’inscrire. «Cela a été un bon moyen de sonder l’opinion publique et de mesurer le nombre de personnes envisageant d’y participer mais aussi de renforcer notre image de e-employeur», se félicite Ghita El Menjra, responsable communication interne à Centrale laitière.

Il faut dire que les entreprises tirent de nombreux avantages d’une présence sur ce réseau social qui compterait 750 millions de comptes actifs à travers le monde. «Il se justifie par son audience incomparable», souligne Mounia Rkha, directrice associée de Mydeal.ma, site d’achats groupés. En une semaine, le site a pu attirer près de 1 000 fans, c’est à dire membres dans le jargon des «facebookeurs», grâce à une campagne promotionnelle du site. Depuis, le nombre n’a pas cessé d’augmenter jusqu’à dépasser plus de 30 000, en un an de démarrage à peine.
Ensuite, Facebook permet aussi d’avoir de la visibilité, c’est-à-dire débuter sa présence en ligne et occuper le terrain. C’est un moyen de communiquer sur le lancement d’un nouveau produit ou service, sur un événement, de faire de la publicité ciblée.

Il peut être également bénéfique pour accroître les ventes en touchant une population jusqu’alors inaccessible, de trouver de nouveaux clients et, pourquoi pas, de réaliser des ventes en ligne. Le réseau est aussi un outil de veille qui permet de savoir ce qui se dit sur les produits et services de l’entreprise.
C’est aussi un moyen de faire collaborer les utilisateurs en les impliquant dans le processus de conception d’un produit, en récoltant leurs avis, leurs suggestions, en échangeant sur les projets. Enfin, le réseau est un excellent outil pour réaliser des sondages d’opinion, enquêtes…afin de mieux peaufiner sa stratégie. Ceci dit, toutes les expériences ne sont pas concluantes. Certaines entreprises, et non des moindres, en ont fait les frais. Le cas de McDonald’s est typique. Les nombreuses tentatives de la firme au hamburger pour se rapprocher des consommateurs sont restées souvent infructueuses en raison des critiques de la part des étudiants en matière de politique d’emploi. De même que la mise en ligne de la page a été jugée trop promotionnelle. En général, «l’image de l’entreprise risque d’être mal comprise si sa décision d’ouvrir une page facebook n’est pas incluse dans une politique de communication clairement définie», argumente Philippe Montant. Il est nécessaire de bien déterminer la nature des informations qui émanent des sources internes Mounia Rkha de Mydeal.ma recommande aussi de bien surveiller le contenu. «Il ne s’agit pas de communication institutionnelle. Le ton doit être plus proche, cordial et détendu. Il ne faut pas hésiter à s’adresser directement aux membres de la page où à discuter avec eux lorsqu’ils commentent vos services». Les entreprises qui ont une culture de la communication très poussée encouragent leurs managers à annoncer la sortie des nouveautés. Mais pour éviter les ennuis, il faut bien déterminer la nature des informations à publier.

D’autres précautions sont de mise. Bien que cherchant le maximum de membres, les concepteurs du réseau ont établi des règles à respecter sous peine d’être exclu. Il est ainsi  déconseillé d’utiliser le compte d’une personne physique pour créer une page d’entreprise parce que facebook interdit les «faux-profils».
Interdit également d’organiser des concours sur sa fan-page, sans créer d’application facebook qui «héberge» le concours. Récemment, par exemple, une enseigne de prêt-à-porter a vu sa page supprimée car elle avait décidé d’organiser un concours sur sa page, sans passer par une application.

Retrouvez le compte de La Vie éco sur Facebook à l’adresse www.facebook.com/Lavieeco

 

 

A lire aussi :

Facebook, très utile pour le marketing mais aussi pour faire des recrutements


Pour une entreprise s’intéressant à une clientèle jeune, Facebook permet de toucher le cœur de cible