Quand la Covid bouleverse l’ambiance au travail

• Fini les pauses-café, les déjeuners à la cantine, les réunions…, la crise sanitaire a tout bonnement bousculé les habitudes et les rapports en entreprise.
• Si la situation dure plus longtemps, la proximité physique ne revêtira plus la même importance.

«Rien ne semble plus comme avant. On avait l’habitude de se retrouver autour de la machine à café pour papoter, de déjeuner ensemble au bureau. Ce n’est plus le cas. La direction est très regardante sur les restrictions sanitaires et la distanciation sociale, ce qui rend l’ambiance au travail encore plus amère. D’autant plus que depuis la détection d’un cas positif au sein de notre personnel, c’est la psychose dans notre groupe», se lamente Amina, cadre dans une banque. Comme dans son cas, beaucoup de salariés ont fini par perdre leurs repères.
Fini les pauses-café, les déjeuners à la cantine, les réunions et encore moins les séances de team-building. Et pour cause, la pandémie a tout bonnement bousculé toutes nos habitudes et nos rapports avec les autres.
Selon Ahmed Al Motamassik, sociologue d’entreprise, «la pandémie a créé dans le corps social de l’entreprise un manque et un déficit concernant le besoin social de création de liens, ce qui va interférer avec le climat de travail, la performance et la motivation du personnel».
La crise actuelle va bouleverser beaucoup d’équilibres existants
D’autant plus que l’isolement, l’anxiété, l’angoisse sanitaire et l’absence de visibilité ont laissé des traces sur le moral et l’état psychologique des individus. Ces derniers se trouvent privés d’une partie de leur capital relationnel. Ajouté à cela la peur de perdre leur travail, l’incertitude sur le plan personnel (scolarité des enfants, avenir du couple, etc.), les conséquences ne peuvent qu’être désastreuses.
La crise actuelle va bouleverser beaucoup d’équilibres existants sans aucun doute et les relations en entreprise en font partie. Selon Mohamed Benouarrek, DRH dans un groupe industriel de la santé, «les relations entre les collaborateurs et leurs managers changeront, les modalités d’évaluation de même. Le positionnement des partenaires sociaux changera. Les modes d’influence, ainsi que le pouvoir y afférent sera aussi remis en question. Tout évoluera…». Comment les choses pourront évoluer dans ces cas ? Comment rétablir l’équilibre? «Rien ne nous empêchera de concevoir des activités communes à distance, même des team-building. Le présentiel est en perte de vitesse depuis des décennies. Cette pandémie ne fait qu’accélérer son repli en faveur du virtuel et des e-pratiques et e-solutions», poursuit M. Benouarrek. Le temps nous le dira.