Prévention routière : les entreprises ont aussi un rôle à  jouer

Les drames de la route coûtent annuellement autour de 14 milliards de DH. Qu’on ait une flotte de véhicules ou pas, la prévention s’impose à  toutes les entreprises.

On déplore chaque année dans le monde 1,3 million de tués sur les routes, selon l’Organisation Mondiale de la Santé. En l’absence d’initiatives concertées et efficaces, on s’achemine vers 1,9 million de tués en 2020.

Au Maroc, 3 700 personnes ont perdu la vie en 2013. Une baisse certes par rapport à l’année précédente, mais la route tue encore beaucoup dans notre pays. Avec dix fois plus de véhicules, la France dénombrait 3 250 morts. Sur le plan économique, les dégâts sont considérables. Les accidents coûteraient annuellement autour de 14 milliards de DH au Maroc. Et parmi ces drames, bon nombre font partie des accidents de travail. Pour ainsi dire, le risque routier en entreprise est bien présent. D’où l’obligation d’investir dans la prévention, même quand on n’a pas une flotte à gérer. Que l’accident soit survenu entre le domicile et le lieu de travail ou au cours d’une mission, le résultat est le même.

La prévention passe par la sensibilisation

Anticiper le risque routier, c’est tout simplement éviter des conséquences dramatiques pour les collaborateurs de l’entreprise, l’entreprise elle-même et la société en général. Qui est concerné par les déplacements routiers ? Combien d’accidents ont déjà été enregistrés ? Combien de kilomètres sont parcourus en moyenne ? Quelle est l’expérience des conducteurs ? Ce sont là quelques questions qui permettent de faire un premier diagnostic des risques.
La prévention passe par la sensibilisation et la communication. Cette action peut se faire à travers une publication spécifique, une rubrique dans la lettre interne de l’entreprise ou être abordée lors des réunions. Parallèlement, des stages de formation peuvent être organisés. Dans ce domaine, différents types d’actions peuvent être envisagés : des études de cas d’accidents, des audits et des stages de conduite, en conditions réelles ou en simulateur. Ce sont des piqûres de rappel qui permettent à tout le monde de prendre conscience que les risques sont quotidiens.

Mais ce n’est pas tout. Organiser les déplacements, sécuriser le parc de véhicules, adapter les infrastructures routières, vérifier régulièrement la validité des permis de conduire, agir sur les déplacements travail/domicile…, sont autant d’éléments à prendre en considération pour réduire les drames.