Nous avons besoin de cadres généralistes et spécialisés

Motivation et disponibilité sont nécessaires pour s’engager dans une association.
Les contrats de travail et les relations entre l’employeur et ses salariés sont régis par le code du travail.

SOS Villages d’enfants est une association présente au Maroc depuis 25 ans. Elle prend en charge des enfants abandonnés qu’elle accompagne jusqu’à leur autonomie, à l’âge de 24 ans en général. Ces enfants sont accueillis et confiés à une mère SOS responsable de veiller sur leur éducation, leur santé, leur scolarité et leur formation. Depuis 2004, SOS  Villages d’enfants a ouvert des programmes de renforcement des familles (PRF) pour soutenir les familles monoparentales (femme qui élève seule ses enfants). Les PRF contribuent à renforcer les compétences des mères pour qu’elles puissent améliorer leurs revenus et prendre en charge leurs enfants en respectant leurs droits les plus élémentaires (alimentation, santé, scolarité). C’est une association qui ne fonctionne pas qu’avec des bénévoles. Elle a besoin de compétences dans plusieurs domaines. Les éclairages de Béatrice Beloubad, directrice nationale de SOS Village d’enfants.

SOS Villages d’enfants Maroc est-elle une association qui offre de vraies opportunités pour les cadres généralistes ?
Nous sommes une association qui a de vrais besoins en cadres généralistes et spécialisés. Nous travaillons comme une société privée. Nous avons par conséquent les mêmes besoins en termes de personnel. Cependant, s’engager dans une association demande de la motivation, de la disponibilité et un grand engagement afin d’être capable de répondre aussi bien aux besoins des équipes, des enfants que des sponsors.
 
D’où proviennent vos ressources ?
70% des ressources de SOS Villages d’enfants Maroc proviennent des associations d’appui et de soutien qui collectent des fonds en Europe pour les distribuer aux associations nationales des pays en voie de développement selon un budget prévisionnel communiqué par ces associations. 30% des fonds sont collectés localement à travers des conventions de partenariats établies avec des entreprises de la place ou des organismes publics (Initiative nationale pour le développement humain, ambassades…), des actions d’appel à la générosité publique, ou encore des parrainages d’enfants ou de villages.
 
Quels types de contrats de travail proposez-vous généralement ?
Des contrats à durée indéterminée (CDI) régis par le Code du travail en vigueur.

Et vous appliquez aussi les dispositions du code du travail comme les entreprises privées ?
Absolument. Dans les associations, nous appliquons la réglementation du travail qu’appliquent toutes les entreprises privées et publiques et qui est contenue dans le  Code du travail. Notre règlement intérieur comprend tout un volet sur le respect et la protection des enfants en raison de notre activité. Pour tout le reste, nous suivons les règles édictées par le Code.
 
Quels profils recherchez-vous actuellement ?
SOS Village d’enfants Maroc propose des carrières motivantes et variées pour un très large éventail de profils. Le poste à pourvoir actuellement est responsable du service social.