Maroc : Le marché de l’emploi s’installe dans la morosité

L’économie ne crée pas encore suffisamment d’emplois. On constate des pertes d’emplois dans l’agriculture, le tourisme et le transport.

Le marché de l’emploi est dans l’ensemble assez morose. Ce constat est partagé par différents professionnels du recrutement. Il se trouve en effet que l’économie ne crée pas encore suffisamment d’emplois, surtout qualifiés. D’où le haut niveau de chômage des diplômés. D’après la note d’information que vient de publier le Haut commissariat au plan (HCP) pour le premier trimestre 2013, l’économie nationale a connu une création nette de 99 000 postes.  Grosso modo, le volume global de l’emploi est passé de 10 298 000 durant le premier trimestre 2012 à 10 397 000 durant la même période en 2013.

Qu’en est-il des secteurs les plus dynamiques ? Sur ce plan, les services continuent d’animer sensiblement le marché puisque 243 000 emplois ont été créés, ce qui correspond à une hausse du volume d’emplois du secteur de 6,3%. Mais toutes les branches n’évoluent pas de la même manière. La hausse de l’emploi dans ce secteur a profité essentiellement au secteur du commerce et aux branches des services personnels, domestiques et de l’administration générale et les services sociaux fournis à la collectivité. Pour sa part, l’industrie, y compris l’artisanat, a créé  20 000 emplois (dont 16 000 sont des emplois non rémunérés), ce qui correspond à une hausse du volume d’emplois du secteur de 1,5%.
En revanche, des pertes d’emplois ont été constatées dans plusieurs secteurs, principalement l’agriculture et les BTP.

Les entreprises se montrent encore une fois plus attentistes que d’habitude

Les secteurs de l’hôtellerie, où les licenciements et les non-renouvellements de contrats sont observés, et du transport ont connu également une baisse de régime. Le manque de dynamisme est pour l’essentiel expliqué par les craintes suscitées par la conjoncture internationale en berne qui empêche toute projection à court et moyen terme. Pour être plus précis, les entreprises se montrent encore une fois plus attentistes que d’habitude.

Toutefois, certains profils continuent d’animer le marché, à commencer par les commerciaux qui sont toujours une population importante pour les entreprises en quête de parts de marché. Par ailleurs, les problématiques environnementales poussent les entreprises à se doter de profils spécialisés dans les domaines liés à la protection et à la gestion des ressources naturelles, à la prévention et au traitement des pollutions et des risques, à l’aménagement et au cadre de vie…
Des professionnels du recrutement analysent l’évolution du marché et mettent en évidence les secteurs qui recrutent.