Les vainqueurs des trophées Centre des jeunes dirigeants racontent leur expérience

Samedi 13 mars, le Centre des jeunes dirigeants (CJD), en collaboration avec l’Agence nationale de la promotion de la PME ( ANPME), a récompensé six entrepreneurs pour leur créativité, leur engagement dans le social ou tout simplement pour leur performance.
Trois des six lauréats partagent leur vécu en tant que managers. Les témoignages des trois autres seront publiés dans notre édition de la semaine prochaine.

Catégorie : Innovation

Hassan Farah, Directeur général de Fromital : "Les jeunes doivent profiter des aides offertes."

Titulaire d’un DESS de l’Ecole nationale de l’industrie laitière et des industries agro-alimentaires en France, j’ai rejoint l’entreprise familiale fondée par mon père en 1972. La création de Fromital est le résultat du développement d’une modeste crémerie dans la ville d’Agadir. Elle a été créée dans le but de fournir des produits laitiers et principalement des fromages aux hôtels et aux restaurants de la ville d’Agadir et ceci à un prix plus compétitif que les fromages importés. Comme nous avons bénéficié des programmes d’appui aux PME et PMI offerts par l’ANPME et parce que le projet s’est avéré rentable, nous avons obtenu en novembre 2009 la certification de notre système de management intégré ISO 9001 version 2008 et ISO 22000 version 2005. Dans les jours qui ont suivi, nous avons été contactés par l’ANPME pour participer à la Journée nationale de l’entreprise. Je reste persuadé que cette distinction va permettre de motiver les jeunes marocains qui veulent investir dans leur pays et faire connaître notre activité de fabrication de fromages. Fromital c’est aujourd’hui 123 collaborateurs. Si je pouvais donner un conseil à un futur entrepreneur, c’est de ne pas perdre espoir dans l’avenir. Notre pays connaît une croissance forte et il a besoin de ses jeunes pour travailler et créer de l’emploi. Aujourd’hui, notre gouvernement encourage la création d’entreprises via des centres dédiés à la promotion de l’entreprenariat ou encore via des fonds d’accompagnement des entreprises dans leur développement. Il faut profiter de ce qui est offert, chose qui n’était pas possible auparavant, avoir le sens des affaires, être un bon gestionnaire, être dynamique, très actif et entreprenant, être motivé et aimer son métier.

Catégorie : Jeune de moins de 30 ans

Mounir Benhayoune, DG d’une société d’édition pour enfants : "J’ai beaucoup appris de mes deux échecs."

Dès mon jeune âge, je savais que je voulais être entrepreneur, et rien d’autre. A 21 ans, je me suis lancé dans l’aventure en me spécialisant dans la presse pour jeunes. C’était en 2005 où j’ai lancé «Papillon», un journal hebdomadaire pour enfants. L’aventure n’a duré que quelques mois pour des raisons financières, mais aussi parce que je manquais d’expérience professionnelle. J’ai lancé par la suite un magazine pour écoliers qui, à son tour, n’a pas duré longtemps.
Pour autant, ces deux échecs ne m’ont pas découragé, ce sont plutôt des expériences enrichissantes.
Après réflexion, j’ai décidé de monter une structure d’audiovisuel pour entreprises. C’est en quelque sorte ma passion pour l’image en général qui a dicté mon choix. Il faut dire que le soutien du Centre des jeunes dirigeants (CJD) y est pour beaucoup. L’encadrement et le parrainage de professionnels m’ont apporté un soutien supplémentaire.
Pour le trophée du CJD et l’ANPME, je pense que c’est toute une motivation supplémentaire qui m’apporte davantage d’ambitions.
La preuve, j’ai en tête un nouveau projet qui verra le jour. Il s’agit d’une Web TV pour enfants.

Catégorie : Performances globales

Ilham ZHIRI, Gérante administrateur de l’Imprimerie Almaarif : "Travail, abnégation et sérieux sont essentiels."

Après avoir obtenu un Bachelor et un MBA en finance aux Etats-Unis, je suis venue m’installer au Maroc pour reprendre l’entreprise familiale. A mon retour, j’ai su que l’imprimerie avait besoin de moi pour assurer son développement. En l’espace de quatorze ans, je suis passée de directrice financière à gérante administrateur. Ma fierté est aujourd’hui de me dire que mon entreprise est la première imprimerie marocaine à être certifiée en matière de systèmes de management QSE (qualité, santé et sécurité au travail, environnement) et qu’elle est pérenne depuis sa création, il y a 28 ans. Par ailleurs, nous nous sommes engagés depuis cinq ans dans une démarche d’excellence et de développement durable qui comprend trois volets : social, sociétal et environnemental. S’agissant du volet social, notre ambition est de motiver notre personnel afin qu’il donne le meilleur de lui-même, via notamment des systèmes de primes sur objectifs ou encore en leur offrant le pèlerinage à la Mecque. Sociétal, en faisant des dons de livres au moment de la rentrée scolaire aux enfants démunis d’écoles voisines, et d’habits pour les nécessiteux.
Enfin, nous contribuons au respect de l’environnement en recyclant nos matériaux (plaques recyclées en ruches d’abeilles, papier recyclé et réutilisé…). Au quotidien, nous tentons sans cesse d’améliorer notre compétitivité, de maintenir notre place de leader sur le marché et de faire face à la concurrence. J’apprends chaque jour.
Etre entrepreneur n’a pas de secret que l’on soit un homme ou une femme. Travail, abnégation et sérieux sont essentiels. Motiver ses troupes en passant par la délégation et bien sûr reconnaître la valeur de chacun. Un chef d’entreprise doit faire preuve de savoir-être, être doté de savoir-faire et aller de l’avant avec son équipe. Je dédie notre trophée à l’ensemble de mes collaborateurs. Cette récompense prouve que le travail d’équipe finit toujours par payer.
Je dédie aussi ce prix à chaque femme, quelle qu’elle soit, de la toute petite TPE, aux femmes militantes des coopératives, à la multinationale en passant par les PME.
A nous toutes, nous avons un long chemin à parcourir ensemble pour une meilleure autonomisation des femmes. Après tout,
je ne suis qu’une toute petite partie du puzzle».