Les salariés sont une clientèle interne à  satisfaire

Avis d’expert : Ahmed Mimouni, DRH de Drapor

Drapor mène des enquêtes de climat social depuis dix ans. La première a été réalisée en 2002 et, depuis, nous la maintenons tous les ans. Il s’agit d’une démarche qui est ancrée dans notre culture d’entreprise et qui permet aux salariés d’exprimer leurs attentes. Les résultats de l’enquête sont rendus publics à l’occasion de chaque convention annuelle. La particularité de l’enquête est qu’elle permet de toucher l’ensemble du personnel, surtout la population des techniciens qui sont souvent en perpétuel déplacement dans les ports du Maroc. Ces derniers apprécient le fait que le management de l’entreprise se déplace vers eux pour débattre des problématiques qui les touchent.
De manière générale, comme nous sommes dans une approche par processus, la notion de qualité et de service client est une question primordiale. Les salariés sont quelque part une clientèle interne à satisfaire.
La prise en compte du climat social prend donc une orientation nouvelle, probablement plus essentielle qu’avant.  C’est le fait de comprendre les facteurs qui déterminent la confiance des collaborateurs dans leur management et leur encadrement et rechercher la meilleure manière de stimuler leur implication dans de bonnes conditions de satisfaction.
L’expérience a montré que les collaborateurs sont presque toujours motivés à contribuer au développement de leur entreprise, à la résolution des problèmes quotidiens du moment qu’on les fait participer à la réflexion des choix stratégiques et la prise de décision.
S’occuper du climat social devient donc une responsabilité de management.
Comme les résultats sont souvent détaillés par tranche d’âge, catégorie socioprofessionnelle, filiale, sexe…, les malaises sont vite localisés chez une tranche ou une autre et ça nous permet d’agir exactement là où c’est nécessaire.
Quant à la période, je pense qu’une enquête de ce genre doit se faire entre mai et juin, juste avant la tenue de la convention annuelle. Il faut éviter les fins d’année où c’est la période des bilans ou encore les périodes d’augmentation de salaires, de distribution des  primes ou tout simplement des moments de vives tensions. Il faut qu’il n’y ait aucun enjeu.
De même que nous procédons généralement à une adaptation des questionnaires pour mesurer l’évolution des actions menées.

Voir d’autres articles : Emploi et recrutement au Maroc