Les salaires moyens ont triplé en 17 ans

Tous les postes, à des degrés différents, ont bénéficié de l’amélioration de la fiche de paie

Le DG est de plus en plus jeune, surtout dans les filiales des multinationales, et gagne largement mieux.

Il y a 17 ans, le salaire moyen d’un directeur commercial était de 228 000 DH bruts (près de 19 000 DH mensuels). Son profil type ? Un âge moyen de 40 ans, une ancienneté moyenne de 7 ans dans le poste ainsi qu’une formation initiale en gestion et commerce. Ce sont des données tirées de la première enquête nationale du cabinet LMS en 1987. Depuis, le salaire de ce même directeur commercial a plus que quintuplé. Aujourd’hui, il touche en moyenne 1,3 MDH bruts annuels (plus de 100 000 DH mensuels), surtout dans une multinationale.
En plus de quinze ans, les salaires ont véritablement grimpé pour une majorité de postes. «Les niveaux de rémunération des directeurs ont été globalement multipliés par un coefficient qui varie entre 3 et 4. Dans les postes du middle management, les salaires ont également triplé. Je pense qu’il s’agit là d’une évolution positive pour les cadres en général. Ce qui devrait permettre une amélioration du pouvoir d’achat», comme l’explique Hamid El Otmani, DG de LMS-ORH.
Les DG ne sont pas en reste. Ils percevaient autrefois un salaire moyen brut annuel de 480 000 DH. D’un âge moyen de 48 ans et une ancienneté de dix ans dans le poste, ils étaient à 29,3% issus d’écoles d’ingénieurs, 25,5 % d’écoles de commerce et 19,6 % d’entre eux autodidactes. Les secteurs de la chimie/parachimie et l’IMME étaient les plus rémunérateurs. La voiture de fonction, le logement ou encore les consommables font partie des principaux avantages liés à la fonction.
Aujourd’hui, le salaire moyen d’un DG approche les 1,7 MDH avec une part variable qui avoisine les 30% du salaire global. La moyenne d’âge dans les entreprises nationales est de 45 ans, alors qu’elle n’est que de 38 ans dans les multinationales.
La part variable représentait 12% du salaire
Autre exemple, celui du DRH et du chef comptable. Ces derniers percevaient en moyenne des salaires annuels respectifs de 220 000 DH et 132 000 DH à l’époque. Actuellement, les salaires sont respectivement de près de 1MDH pour le premier et près de 430 000 DH pour le deuxième. Grosso modo, les salaires ont triplé pour les chefs comptables et quadruplé pour les DRH. A noter que ces salaires correspondent aux profils des cadres exerçant dans des entreprises qui ont un chiffre d’affaires qui dépasse les 500 MDH et un effectif supérieur à 500 personnes.
En revanche, certaines fonctions sont moins bien loties. Il s’agit notamment du chef de produit. En effet, le salaire n’a que doublé durant cette période, passant de 162 000 DH en 1987 à 412 000 DH actuellement. Par contre, les avantages en nature ont considérablement augmenté. Alors qu’il disposait généralement d’une voiture de service, le chef de produit bénéficie désormais de la voiture, d’une indemnité de logement ainsi que d’un GSM. La part variable du salaire avoisine les 12 % du salaire global. Les mieux payés sont ceux qui exercent dans les entreprises pétrolières, agroalimentaires et pharmaceutiques