Les nouvelles formations : Avis de Khalid Sendide, Vice-président assistant en charge des programmes supérieurs et de la recherche.

l’université Al Akahawayn offre 12 masters opérationnels. Ils sont relatifs au domaine de l’informatique, la business administration, les sciences humaines et sociales…

khalid-sendideAujourd’hui, l’Université Al Akhawayn d’Ifrane offre 12 masters opérationnels. Ils sont relatifs aussi bien au domaine de l’informatique qu’à la business administration, les sciences humaines et sociales…
Pour nous, le lancement d’un MBA, un executive MBA ou un master doit être motivé par un besoin sur le marché du travail mais aussi par des projections sur les nouveaux métiers ou nouveaux créneaux comme le big data. C’est pourquoi nous avons lancé un nouveau master dans les sciences du data ou encore en droit international des affaires. Le monde des affaires veut aujourd’hui que les professionnels du domaine juridique soient capables de rédiger et de négocier dans une ou plusieurs langues étrangères, notamment en anglais.

D’autre part, le choix d’un cursus relève aussi de la responsabilité des candidats. Il doit être en adéquation avec leur parcours professionnel.

L’investissement en formation est nécessairement lié à la carrière professionnelle. Dans ce sens, faire un MBA, master ou autre obéit à la volonté de faire évoluer sa carrière, élargir ses connaissances ou se spécialiser dans un domaine particulier.

Le choix se fait aussi par rapport au programme offert, sa valeur ajoutée, la notoriété de l’école ou du diplôme, la qualité des intervenants…

Enfin, le choix dépend du niveau du poste. Rien ne sert d’entreprendre un MBA généraliste si on ne maîtrise pas déjà son métier.

Par exemple, un Executive MBA se justifie dans le cadre d’une expérience professionnelle probante. Souvent, les cadres le font pour pouvoir évoluer verticalement, se renforcer dans le domaine de la gestion mais aussi sur le plan transversal (développement personnel).

Les masters spécialisés offrent pour leur part la possibilité aux cadres de se spécialiser dans un domaine particulier, notamment la finance, le contrôle de gestion, les ressources humaines, la logistique, le marketing…
Par exemple, nous avons constaté que les MBA en temps partiel ou les executive MBA sont les plus prisés chez nous.

Concernant les filières, ce sont les formations en finance et commerce international qui ont le vent en poupe auprès des cadres. Il s’agit également du master des sciences de développement des ressources humaines n