Les erreurs des managers débutants

Vouloir s’affirmer rapidement, se montrer révolutionnaire sans se soucier des acquis, négliger l’esprit d’équipe, vouloir tout contrôler…, ce sont là quelques erreurs que font souvent les managers inexpérimentés.

Gérer une équipe  pour la première fois n’est pas toujours aisé. Parce qu’ils sont souvent compétents dans un domaine particulier ou brillants dans leur école, des jeunes managers sont rapidement projetés en avant sans être bien -ou suffisamment bien- préparés. Dès lors, les premières erreurs de management ne sont jamais loin.

Vouloir s’affirmer rapidement, se montrer révolutionnaire sans se soucier des acquis, négliger l’esprit d’équipe ou la prendre de haut, vouloir tout contrôler…, ce sont là quelques constats qu’on avance souvent quand on parle de managers inexpérimentés.

A ses débuts, le manager est souvent face à deux situations: jouer la défensive quand il  a en face un rouleau compresseur qui n’hésite pas à écraser tout sur son passage, ou passer à l’offensive pour imposer coûte que coûte son point de vue. Aucune des deux attitudes n’est la bonne. Le mieux, l’idéal si l’on ose dire, c’est de trouver un point d’équilibre sans quoi les rapports humains ne peuvent être que conflictuels. Facile à dire ! Néanmoins, on peut tenter d’y arriver. Comment ?

D’abord en essayant de développer des qualités de communicant. Ecouter les autres et partager ses idées est l’une des meilleures manières de se faire accepter. En somme, partager la vision, avoir des réunions régulières, expliciter les règles, recueillir les attentes, fêter les réussites…, ce sont quelques règles pour créer des liens et surtout  maintenir une équipe à flot.

Travailler la cohésion d’équipe

Ensuite, comme le niveau d’exigence ne cesse de s’accroître. Le manager ne peut plus tout faire lui-même ! La délégation reste un formidable outil de motivation car tout collaborateur cherche à être responsabilisé. C’est enfin un outil de promotion pour les deux parties : le manager qui a su développer les compétences de ses collaborateurs qui verront leur carrière progresser.

In fine, les compétences managériales s’acquièrent au fil de la carrière. Ne jamais arrêter d’apprendre, avoir un mentor, ne jamais s’enfermer dans ses certitudes et apprendre de ses faux pas sont des attitudes qui forgent un bon manager. «L’erreur est compréhensible chez quelqu’un d’inexpérimenté mais peut arriver à n’importe quelle étape d’une carrière. Il faut chercher à la transformer en quelque chose de constructif», commente Malgorzata Saadani, coach et DG d’ANC Communications. Le drame, c’est d’avoir toujours raison. Et dans ce cas, l’échec est garanti.