Le sommet, puis la dégringolade

Adil S.
Ingénieur informaticien, 3 ans d’expérience, au chômage depuis 5 mois.
«Diplômé de l’Ensias, et ayant réussi à effectuer des stages en France, je n’ai pas eu de difficulté à me placer. En 2001 j’ai réussi à décrocher un poste de chef de projet au sein d’une des plus grosses entreprises privées marocaines. J’avais un bon salaire pour un débutant puisque j’ai commencé à 11 500 DH net par mois. Un an après, je suis passé à 13 000 DH. En comptant les primes et avantages, je percevais en moyenne 15 000 DH par mois. Mais l’argent n’est pas tout. Après deux ans au sein de la holding, j’ai fini par m’ennuyer. Je m’occupais plus de projets théoriques qu’opérationnels. Il n’en fallait pas plus pour que je saute sur une bonne occasion qui s’est présentée. J’ai été approché par une multinationale qui cherchait à recruter un responsable des sytèmes d’information avec un salaire supérieur. Le rêve… qui s’est transformé en cauchemar 8 mois après. A la suite d’une altercation avec mon supérieur hiérarichique, j’ai quitté la société, pensant me recaser facilement.
Cinq mois après, je suis toujours au chômage. Soit je suis trop cher pour des entreprises qui veulent avoir un cadre expérimenté avec un salaire de débutant. Soit je ne correspond pas au profil recherché. Aujourd’hui, les entreprises cherchent plutôt des techniciens qu’autre chose.»