«Le risque sanitaire pousse les salariés à privilégier le télétravail»

Questions à Ghita Mseffer, Psychologue.

• La Vie éco : Certains salariés ont pris goût au télétravail depuis l’application de ce mode de travail et souhaitent par conséquent continuer à le faire. Pensez-vous que cette tendance est grandissante chez les salariés ?
Il est difficile de donner un avis tranchant sur la question. En tout cas, nous constatons trois types de réactions. La première concerne ceux qui effectivement ont pris goût au télétravail. C’est une aubaine pour plusieurs raisons : une efficacité prouvée du télétravail, un moindre stress lié au risque sanitaire, une économie de temps dans les transports, une certaine indépendance vis-à-vis de la hiérarchie… Nous avons également une autre catégorie de personnes qui préfèrent au contraire se rendre au lieu du travail, principalement les jeunes qui ont besoin de cette dimension sociale et qui ont besoin de se mobiliser pour maintenir l’entreprise à flot.
Enfin, nous avons une troisième catégorie de personnes qui sont dans l’entre-deux. Sans être en décrochage, ils ont besoin d’être fréquemment au bureau tout en goûtant aux avantages du télétravail. Ceci dit, je tiens à préciser que choisir ou non le télétravail ou pas dépendra en grande partie de l’âge, du statut familial, de la catégorie socio-professionnelle, de l’ambiance de travail et du mode de vie de tout un chacun.

• Est-ce une situation préoccupante pour les entreprises ?
Elle est effectivement préoccupante pour les entreprises qui n’arrivent à mobiliser leurs collaborateurs, surtout durant cette période difficile de crise sanitaire et récession économique.
Il nous arrive de constater que beaucoup de salariés utilisent tous les moyens pour ne pas revenir au bureau par crainte au risque sanitaire. Ces moyens peuvent aller de la production fréquente de certificats médicaux, le recours aux congés non consommés, le départ à la retraite anticipée pour les personnes proches à la retraite. Tous les moyens sont bons pour ne pas retourner au bureau. C’est un peu le problème qui se pose pour les entreprises pour faire revenir les salariés au travail, les remotiver. Car si certains sont contents de retrouver leur lieu de travail et leurs collègues, d’autres traînent les pieds. Les raisons se mêlent et s’entremêlent : craintes pour la santé, garde d’enfants, ou encore, remise à plat des priorités, désir de s’installer ailleurs…

• Malgré de nombreux avantages du télétravail, certains salariés souffrent notamment du manque d’accompagnement ou de lien social avec leur entreprise. Comment les managers et responsables RH peuvent-ils gérer cette situation ?
Ces prochaines semaines, le rôle des managers sera plus que jamais d’être présents et à l’écoute : cela passe par faire un état des lieux de la situation, interroger les collaborateurs, accueillir leurs craintes et les différentes expériences liées au confinement.
Rassurer, c’est important. Mais cela ne suffit pas forcément. Il faut aussi soigner le lien de l’entreprise avec son salarié. D’abord, via une communication régulière, claire, transparente. Communiquer de cette manière permet de gagner la confiance et la considération des collaborateurs, deux indicateurs très importants notamment lors de situations inattendues.

Lire aussi : 

Télétravail : quand les salariés traînent les pieds pour revenir à leur bureau.