Le coaching investit le monde associatif

D’Injaz Al Maghrib à EFE Maroc, en passant par l’Heure Joyeuse et la Fondation marocaine de l’étudiant (FME), beaucoup d’associations font désormais appel aux experts en développement personnel. Elles ont senti le besoin d’apprendre à se mettre en valeur.

Le  coaching n’est plus réservé au monde de l’entreprise, il est aussi exercé dans le milieu scolaire et estudiantin et, aujourd’hui, dans le monde associatif. D’Injaz Al Maghrib à EFE Maroc, en passant par l’Heure Joyeuse, la Fondation marocaine de l’étudiant (FME) et bien d’autres, les associations à vocation sociale ne jurent que  par le soutien des experts en développement personnel. Pour Houriya Cherif Haouat, coach certifiée et directrice de développement de BMH Coach, «la prise de conscience des associations des bénéfices du coaching comme mode d’accompagnement est de plus en plus visible. Elles ont senti le besoin de faciliter la communication entre les membres de l’association, développer une vision et des valeurs mais surtout aider les bénéficiaires des associations par les conseils d’experts en développement personnel». Cette prise de conscience n’est pas surprenante, car, faut-il le souligner, les mondes professionnel et associatif partagent le même objectif : être performant. Au même titre que les autres types d’accompagnement, le coaching dans l’associatif participe à l’acquisition de comportements et d’un état d’esprit qui permettent d’aller de l’avant.  Il permet de donner des clés pour comprendre les relations économiques et sociales internes et externes.

Pas de coaching au rabais

Dans  cet esprit, Nezha Hami Eddine, coach et DG du cabinet Cap RH Maroc, précise qu’il n’est pas question d’avoir un coaching au rabais. «Même si la démarche peut être faite de manière bénévole, on exige la même rigueur de travail et de méthodologie aussi bien dans le monde professionnel que celui de l’associatif. La satisfaction est d’autant plus grande quand on voit que des jeunes arrivent à s’en sortir», souligne-t-elle. Pour l’association, l’accompagnement d’un coach ne présente que des avantages. «Le cadre de confiance et de partage mis en place grâce au coach permet de favoriser les échanges d’expérience entre les jeunes. Cela permet de rompre l’isolement dont beaucoup de jeunes peuvent souffrir», note Mahdi Bouziane, directeur exécutif de la Fondation marocaine de l’étudiant. Souvent, les compétences techniques seules ne suffisent pas. Le coach aide à prendre conscience de ses atouts et à les mettre en exergue et, pour les jeunes, permet de surmonter la peur de l’autre.