L’art d’annoncer les bonnes ou les mauvaises nouvelles

Ne jamais essayer de vendre une mauvaise nouvelle comme une bonne et d’user de la langue de bois. Il faut informer sans désinformer.

Obtention d’un nouveau contrat commercial, distribution de bonus, primes et autres augmentations salariales ou encore licenciement, restructuration ou abandon d’un projet…toute entreprise a son lot de bonnes ou mauvaises nouvelles.

Sauf qu’il n’est toujours pas facile de les annoncer. Quand la diffusion de l’information se fait de manière anarchique, il est clair qu’elle fait place à la rumeur. «Le fait de pratiquer la langue de bois ou de se montrer évasif sur certains projets de l’entreprise est  fréquent chez les managers»,  déplore Younes Jermoumi, DG du cabinet Finance Systems. Pour lui, le fait d’hésiter à faire face à ses collaborateurs ou de pratiquer la langue de bois ou de se montrer évasif dans ses propos sont des comportements à bannir.

Il est évident qu’un manager est tenu parfois à un devoir de réserve sur les dossiers trop sensibles. Mais il ne peut pas non plus refuser le contact ou adopter une attitude méprisante pour fuire la confrontation. En résumé, la politique de l’autruche est destructrice. C’est même une preuve d’incompétence. Le mieux, c’est de trouver la bonne mesure pour informer sans désinformer.Et surtout venir avec des arguments convaincants et des propositions d’amélioration de la situation. Egalement très important, ne pas profiter de l’écoute des collaborateurs pour chercher à faire passer une mauvaise nouvelle pour une bonne. Tout se sait et la ruse est vite démasquée avec les risques de conflit que fait naître un tel comportement.

Et pourquoi pas, ouvrir une réflexion sur l’amélioration de l’organisation du travail qui est la base du succès.

Un manager a intérêt à garder la confiance de ses collaborateurs

Dans l’annonce, il importe de donner des clés de compréhension tout en prenant le temps de s’expliquer et d’écouter les collaborateurs.

De même qu’il n’existe pas de moment opportun à une telle annonce. Mais il faut prendre garde de repousser l’échéance indéfiniment. Une longue attente laisse la place aux rumeurs. Beaucoup de dirigeants ignorent qu’une mauvaise nouvelle n’augure pas la fin d’une aventure. Au contraire, il s’agit d’un nouveau défi, et la solidarité face aux situations plus complexes est appréciée. Le manager doit se montrer confiant, malgré les décisions prises. Un vrai manager, soucieux de l’image et de l’avenir de l’entreprise qu’il dirige, a tout intérêt  à conserver la confiance de ses collaborateurs. Ce sont eux qui sont en première ligne.