La RSE, en phase post-Covid, reviendra en force et sous des formes innovantes

• Certains engagements RSE restent difficiles à appliquer en ces temps de crise pour certaines structures, notamment les PME.
• La dimension sociale de la RSE occupe une place prépondérante du fait du développement du télétravail.

Dans un contexte économique et social fortement perturbé par la pandémie du Covid-19, l’engagement réel des entreprises dotées d’une culture RSE est mis à rude épreuve. Si la plupart des grandes sociétés ont, depuis plus d’une décennie, élaboré puis étoffé une stratégie ad hoc, seules celles qui avaient véritablement pris en compte leurs relations avec leurs salariés, fournisseurs et communautés locales, puis transformé adéquatement leur organisation, ont pu affronter la pandémie avec agilité.
Pour Saadia Slaoui Bennani, présidente de la commission «Entreprise Responsable et Citoyenne» CGEM, la situation économique et sociale générée par la pandémie du Covid-19 vient démontrer l’interdépendance entre les 3 piliers de la responsabilité sociétale et environnementale que sont : l’économie, l’environnement et les considérations sociétales. Un changement de paradigme est ainsi inévitable et la RSE, en phase post-Covid, reviendra en force et probablement sous des formes innovantes. Explications.

• Comment se porte la RSE face à la crise sanitaire ? Les entreprises se montrent-elles toujours socialement responsables ?
Les entreprises, tous secteurs confondus, se sont engagées dans l’élan de solidarité nationale pour faire face aux effets néfastes de la pandémie, motivées principalement par un sens de citoyenneté et de patriotisme. Au niveau de la Commission entreprise responsable et citoyenne de la CGEM, nous avons constaté une forte mobilisation des entreprises labellisées RSE et particulièrement une volonté des dirigeants de mettre en place toutes les actions nécessaires afin de protéger leurs parties prenantes tout en maintenant la continuité de l’activité de leurs entreprises.
Mais cette contribution positive, aux niveaux social et sociétal, ne doit pas occulter les grandes difficultés auxquelles font face les entreprises aujourd’hui. C’est ainsi que certains engagements RSE restent difficiles à appliquer en ces temps de crise pour certaines structures, notamment les PME.

• Quels types de difficultés ?
A titre d’exemple, certaines d’entre elles se retrouvent à faire des arbitrages entre paiement des salaires et paiement des fournisseurs, ce qui ne leur permet pas d’appliquer des délais de paiement convenables.
Toutefois, la situation économique et sociale générée par la pandémie du Covid-19 vient démontrer l’interdépendance entre les 3 piliers de la responsabilité sociétale et environnementale que sont : l’économie, l’environnement et les considérations sociétales. On voit bien aujourd’hui que la pérennité d’une économie est tributaire de questions environnementales et sanitaires par exemple.
Un changement de paradigme est ainsi inévitable et la RSE, en phase post-Covid, reviendra en force et probablement sous des formes innovantes.

• Quelles sont les actions menées par la CGEM pour sensibiliser davantage les entreprises à renforcer leur politique RSE ?
La CGEM, à travers sa Commission Entreprise Responsable et Citoyenne, a continué ses actions visant la promotion de l’intégration de la RSE dans les stratégies des entreprises en mettant en place des actions et des initiatives qui peuvent leur être utiles en temps de crise.
En effet et afin de promouvoir l’esprit RSE, nous avons lancé l’initiative “Actions Citoyennes”, en marge du lancement du site électronique dédié au Covid de la Confédération, afin de permettre aux entreprises de partager les différentes actions mises en place pour faire face à la pandémie. Nous avons eu des retours d’expérience et des bonnes pratiques d’entreprises, de toutes tailles et tous secteurs confondus. Ces entreprises sont majoritairement engagées dans une démarche RSE depuis des années.
Le but de cette initiative est, d’une part, de créer un espace de partage et d’inspiration et, d’autre part, de mettre en évidence que les entreprises engagées dans une démarche et stratégie RSE, avec une réelle prise en considération de leurs parties prenantes, arrivent à continuer à contribuer positivement à la société. Au contraire, celles qui n’intègrent pas les enjeux de la RSE dans leur stratégie ont du mal à faire face aux répercussions de la crise sur leurs activités et nuisent à tout leur écosystème.
La Commission Entreprise Responsable et Citoyenne s’est également alliée à la Société Financière Internationale (Groupe Banque Mondiale) pour le lancement d’une enquête, pendant la période de confinement, afin de cerner les besoins des entreprises face à la pandémie du Covid-19 et mettre en place des webinaires de formation adaptées permettant de promouvoir la flexibilité du travail et l’employabilité des femmes, sachant que la frange féminine de la population a encore plus souffert des répercussions du Covid-19.
Dans ce sens, nous lancerons dans les jours à venir une série de webinaires sur la question du “Genre”, toujours en partenariat avec la Société Financière Internationale, afin de traiter des sujets liés à la promotion de la diversité des genres au sein des entreprises.
En outre, notre commission, à travers sa plateforme digitale, fournit aux entreprises un ensemble de documentation et d’outils leur permettant de s’approprier le concept de la RSE et de cerner les différents apports transversaux d’une telle démarche. La Commission Entreprise Responsable et Citoyenne de la CGEM mène également des actions de sensibilisation à l’approche RSE. Notre mission est d’expliquer qu’au-delà de la philanthropie, la RSE est un véritable levier de performance de l’entreprise et plus généralement de développement de notre pays.
La Commission accompagne également les entreprises sensibles à ces questions pour aller encore plus loin. Le partage d’expérience, la veille sur les actions entreprises ailleurs font partie des leviers utilisés.

• Le label RSE de la CGEM est important pour bon nombre d’entreprises qui ont la volonté de s’engager malgré la conjoncture difficile. Qu’en est-il vraiment ?
Effectivement, la commission porte le label RSE de la CGEM. Elle sensibilise les entreprises à l’intérêt du label, examine les dossiers des entreprises candidates et statue sur son octroi. Il convient de noter que la commission a octroyé ou renouvelé le label RSE de la CGEM à 14 entreprises depuis le mois de mai 2020, dénotant de la volonté de s’engager dans une démarche de responsabilité sociétale malgré les différentes répercussions de la crise sanitaire.

• La crise Covid a mis à nu les questions de santé et qualité de vie au travail. Pensez-vous que les entreprises vont-elles faire évoluer leur politique RSE à l’avenir, notamment en donnant plus d’importance à la dimension santé au travail ?
En effet, la pandémie du Covid-19 nous a confirmé l’importance de la protection sanitaire et sociale des populations. Le rapport au travail est en train d’évoluer: la dimension sociale de la RSE occupe une place prépondérante du fait du développement du télétravail. La crise a permis en effet de renforcer la confiance du management des entreprises dans le travail à distance : la production n’est pas fonction de la présence du collaborateur in situ.
C’est ainsi que la préservation de la santé et la sécurité du personnel est au cœur du dispositif de prévention contre le Covid-19 et les entreprises s’y conforment pour assurer une poursuite ou reprise d’activité dans les meilleures conditions.
Nous ne pouvons toutefois pas nous prononcer clairement sur l’importance éventuelle qu’accorderont les entreprises, en fonction de leur secteur d’activité et leur taille, à la dimension de santé au travail et les évolutions qui en découleront.
Notre commission continuera en tout cas son travail de sensibilisation et de promotion de la RSE en dotant les entreprises des outils et plates-formes nécessaires à l’appropriation de la responsabilité sociétale et à l’échange de bonnes pratiques sur plusieurs thématiques, notamment en ce qui concerne la santé et la sécurité au travail.