La première université du notariat franco-marocain est sur pied

Le projet est monté par la Chambre nationale du notariat moderne au Maroc et le Conseil supérieur du notariat français

Contenu de la formation : management notarial, comptabilité et gestion financière de l’étude, nouvelles technologies et informatique notariale…

Nul ne peut contester la place qu’occupe le notaire aujourd’hui en matière de sécurisation des relations d’affaires et, d’une manière plus évidente, celle des actes immobiliers. Compte tenu du changement de l’environnement institutionnel, les professionnels sont donc tenus d’actualiser leurs connaissances en matière de droit et de fiscalité et d’en acquérir de nouvelles dans les domaines du management, de l’informatique ou encore de la gestion des ressources humaines… Seul hic, contrairement aux entreprises classiques qui bénéficient des remboursements par l’Etat de 70 à 80% des coûts de la formation, aucune incitation à l’attention des notaires, clercs et autres collaborateurs n’est prévue.

La première session se déroulera en juin et en novembre
Si, de par le passé, la profession est tout de même parvenue à organiser des réunions de formation, elle franchit aujourd’hui une autre étape en mettant en place la première université franco-marocaine du notariat. Cette initiative est le fruit d’un partenariat entre la Chambre nationale du notariat moderne au Maroc et le Conseil supérieur du notariat français. Elle s’adresse à une population estimée aujourd’hui à près de 600 notaires en exercice.

Sa première édition se déroulera en deux temps : une session d’été les 16 et 17 juin et une session d’automne en novembre. Le thème choisi, «Un chef d’entreprise exerçant le métier de notaire», est révélateur des besoins de formation de ces officiers publics. Cela se confirme davantage en parcourant le programme de formation : management notarial, comptabilité et gestion financière de l’étude, nouvelles technologies de l’information et informatique notariale, sciences de la communication viennent en effet s’ajouter à la discipline et déontologie notariale pour offrir un pack intéressant à des notaires avides de savoir.

Selon les promoteurs du projet, «la finalité recherchée est de permettre aux notaires marocains d’assurer à leur clientèle tant nationale qu’internationale un service notarial de qualité et de permettre progressivement un arrimage aux notariats européens». Un objectif qui est à même de favoriser la promotion et la sécurisation des relations d’affaires entre les opérateurs des deux rives de la Méditerranée.