Karim El Ibrahimi : Il faut prendre le temps de se réorganiser

Avis de Karim El Ibrahimi, DG du cabinet RMS Conseil.

La période actuelle est certes difficile pour tout patron de PME. La plupart des responsables d’entreprises ont déjà rencontré à plusieurs reprises ces problématiques et traversé – en sortant indemnes ou pas – des crises financières. Il n’en demeure pas moins que, dans un monde qui évolue de plus en plus vite, ils ont en permanence besoin de repères au sujet de l’anticipation et de la gestion des crises financières et d’enrichir leurs bonnes pratiques pour s’organiser de manière agile et structurée, et surtout pour passer à l’action.
En ce qui nous concerne, nous sommes passés durant ces trois derniers mois du confinement, de la cessation de l’activité à la reprise. L’impact de la crise a été néfaste sur notre business, puisque nous avons enregistré une baisse de 30% du chiffre d’affaires durant cette période, comparativement à la même période de l’année dernière.
Il est évident que la santé financière de l’entreprise est un indicateur implacable des difficultés que rencontre ou pourrait rencontrer chaque entreprise à court et moyen termes. Une détérioration de la trésorerie, du chiffre d’affaires ou de la rentabilité sont autant de signaux d’alerte qui focalisent au quotidien l’attention.
Bien évidemment, nous avons eu recours au programme Damane Oxygène pour bénéficier d’un répit, le temps de redresser la situation et de garantir les salaires de nos effectifs et de nos partenaires fournisseurs.
Mais comme dans toute crise, elle crée aussi de nouvelles opportunités.
Car toute entreprise devrait disposer d’un mécanisme de veille et d’une réelle politique de gestion des risques. Ces deux dispositifs permettent d’éclairer la prise de décision et d’anticiper sur les difficultés à venir.
Parfois, les dirigeants se retrouvent effectivement en situation de black-out et donc ne disposent pas eux-mêmes d’assez d’éléments pour apporter des réponses claires à leurs collaborateurs.
D’autre part, nous avons repris notre programme de certification qu’on avait suspendu il y a quelques années. Cela a été l’occasion de revoir tous nos process internes.
Sur le plan RH, malheureusement, nous avons eu des départs à la retraite et, par conséquent, nous ne comptons pas recruter pour le moment.
Nous avons également mis en place un plan d’action pour la trésorerie pour les trois mois à venir.
Ceci dit, l’avenir reste incertain et l’activité ne pourrait reprendre réellement qu’en septembre ou octobre. Il faut rester vigilant à ce stade et réussir à faire ce qui est nécessaire.