Intuition : Avis de Hanane Ait Assa, DG du cabinet NGH Developpement

On entretient son intuition en variant les angles d’approche.

Hanane-Ait-AssaGénéralement, mon intuition me sert dans les situations auxquelles je n’ai jamais été confrontée.

C’est souvent dans une relation que l’intuition se manifeste : «Celui-là, je le sens bien. L’autre, je ne le sens pas du tout». Dans un processus de recrutement, l’intuition permet d’aller au-delà des critères objectifs contenus dans le CV du candidat pour l’évaluer sur sa personnalité.

Cela peut aussi être le cas lors de la prospection d’un client ou un partenaire.

Par exemple, pour l’organisation d’événements professionnels, il fallait que je m’entoure de partenaires «fiables», que ce soit des sponsors, conférenciers, consultants…

Je devais connaître la personne avec qui j’allais collaborer, ses valeurs, son mode de fonctionnement… Avoir des partenaires durables était pour moi essentiel.

A la limite, je préférais travailler avec des personnes qui tranchent rapidement. L’essentiel était de ne pas perdre son temps.

Il faut dire aussi qu’avant, j’étais très «cartésienne» dans mon mode de pensée.

Aujourd’hui, se servir de son flair dans des situations complexes ou urgentes peut être plus ou aussi décisif que d’avoir le maximum d’informations factuelles.

L’analyse rapide suppose d’avoir de l’expérience dans un domaine et requiert aussi une disposition d’esprit, liée à notre capacité à écouter et à absorber, sans préjugés. En sortant des sentiers battus,  en variant les angles de vue et en refoulant nos peurs, on libère notre intuition et on l’entretient.