Etudiants-Entrepreneurs : Questions à  M’hammed Abbad Andaloussi Président d’Injaz Al Maghrib

« Les projets présentés par les étudiants sont à  la hauteur de leur talent ».

A qui est destiné votre programme ?
En réalité, Smart Start est un programme de Junior Achievement, une organisation mondiale qui développe plus d’une cinquantaine de projets de junior entreprise à travers le monde. Nous l’avons adapté bien évidemment à notre environnement et nous l’avons lancé avec l’appui de partenaires, notamment Attijari Finances Corps et Ceed Maroc.
Je peux vous dire que la demande a émané spécialement des jeunes étudiants, suite à la réussite d’un autre programme phare d’Injaz, intitulé Company Program, qui avait pour vocation d’initier les lycéens à la création d’entreprise. Ils devaient faire vivre leur propre micro-entreprise pendant toute une année scolaire.
Donc, la plupart des participants à ce programme ont voulu continuer l’aventure et ont émis le souhait de créer de réelles entreprises.
D’où l’idée de ce nouveau programme. Il a pour objectif à court terme de préparer les juniors entreprises à devenir de réelles entreprises à travers du mentorat et le coaching.  
Le programme s’effectue sur 6 mois à raison d’une rencontre hebdomadaire d’environ 2 heures où les groupes sont amenés à aborder avec leurs mentors respectifs la manière dont leur junior entreprise peut réellement prendre forme dans le monde réel. Ils discutent de questions liées à l’évolutivité, l’acquisition du marché et la croissance.
Par la suite, ces jeunes ont l’occasion de présenter leur projet devant des investisseurs, incubateurs ainsi que l’ensemble de l’éco-système entrepreunarial nécessaires pour intégrer un incubateur, poursuivre leur formation ou recevoir des financements d’investisseurs souhaitant prendre part à leur projet.

Combien d’étudiants avez-vous pu regrouper ?
Pour cette première édition, nous avons voulu sélectionner une dizaine de projets pilotes portés par 40 étudiants, soit 4 étudiants par projet. Après appel à candidature auprès des universités et écoles partenaires de tous nos programmes, nous avons sélectionné ces candidats. La phase des entretiens était importante car il nous a semblé primordial d’évaluer les candidats sur l’adéquation profil/projet d’entreprise.
Il est évident que nous comptons doubler le nombre de participants pour la prochaine édition. Nous ambitionnons de former plus de 10 000 jeunes à l’entreprenariat à travers nos programmes. Nous sommes présents dans six villes et nous comptons prochainement être présents sur Laâyoune et Dakhla.

Sachant que la durée de vie d’une entreprise ne dépasse pas les 5 ans de manière générale, pensez-vous qu’il y aura un suivi pour ces jeunes ?
Comme je l’ai souligné tout à l’heure, ils seront entourés de mentors et de coachs pour une période de 6 mois, le temps de créer leur entreprise. Par la suite, nous les mettrons également en contact avec d’autres partenaires qui prendront le relais sous forme de parrainage pendant un ou deux ans, voire trois ans. Nous avons plus de 70 partenaires qui seront d’ailleurs présents lors d’une journée de rencontres avec nos premiers candidats.

Que pensez-vous des projets présentés par ces jeunes ?
Ils sont à la hauteur de leur talent. Ils ont juste besoin d’un coup de pouce. Nous sommes là pour leur faciliter la tâche.