Etes-vous un bon manager ?

Le patron modèle n’existe pas, mais il y a des qualités qui font le bon manager.
Coachs, managers, cadres… Tout
le monde admet que la vision stratégique et le leadership sont indispensables
pour réussir.
Evaluez vos capacités managériales grâce aux tests que
nous vous proposons.

Etes-vous bon manager ? La réponse n’est pas toujours évidente. D’ailleurs, il fut un temps où l’on appréciait le manager dirigiste, autoritaire ou paternaliste. Plus tard, on a chanté les louanges du manager, charismatique, fédérateur, leader…

En fait, diriger une organisation, entreprise ou autre, quelle que soit sa taille, n’est pas une sinécure. On doit savoir prendre les bonnes décisions en temps opportun, récompenser, faire face à des antagonismes, gérer des conflits et procéder à des choix difficiles, comme licencier ou sanctionner quand cela s’impose. Pour cela, il faut beaucoup de qualités techniques, mais aussi comportementales, que l’on peut posséder d’emblée ou acquérir en se frottant aux réalités de la vie.

Les bons managers savent s’affirmer sans complexe
Il faut souligner également que, depuis quelques années, les entreprises soumises à des turbulences environnementales sont toujours à la recherche de nouveaux leaders, capables de s’adapter mais aussi de changer les comportements de leurs collaborateurs.

Il est donc difficile de dégager un profil type du manager modèle. Tout juste peut-on cerner quelques caractéristiques jugées indispensables à quiconque souhaite réussir dans sa mission de patron.
Toutes les enquêtes récemment menées sur les styles de management des patrons ont montré que les rôles de ces derniers se sont beaucoup diversifiés. Ainsi, un manager, aujourd’hui, doit avant tout être un visionnaire pour son entreprise. Mais les spécialistes du management, pour leur part, insistent sur une autre qualité : le leadership. Et ils soulignent la différence entre un leader (celui qui sait ce qu’il faut faire) et le manager (celui qui sait seulement comment le faire). Au moment d’un recrutement, les dénicheurs de talents vérifient toujours que les candidats ont des qualités de leadership, même lorsqu’il s’agit de jeunes diplômés. Ces qualités deviennent indispensables à mesure qu’on avance dans une carrière.

Savoir écouter ses collaborateurs
Manfred Kets de Vries, psychanalyste et spécialiste du leadership, s’est depuis longtemps attaché, dans ses ouvrages, à dévoiler les mystères des grands dirigeants. Pour lui, ces derniers savent s’affirmer sans complexe. Parmi les exemples les plus édifiants, celui de Lindsay Owen Jones, le président de l’Oréal. Celui-ci avait tellement impressionné son recruteur lors de son entretien d’embauche que ce dernir avait conclu son rapport par cette observation : «Deviendra PDG ou sera viré»…

Patrick Barrau, coach professionnel et Dg du cabinet Maroc Devenir, rappelle qu’«un bon manager, surtout un leader, est quelqu’un qui prend des initiatives, motive et rassemble les bonnes volontés mais, dans le même temps, délègue et donne du pouvoir à ses collaborateurs. Il est capable de rester dans l’ombre quand rien ne l’appelle au grand jour et de s’exposer quand la nécessité l’exige. C’est un pionnier et il ouvre les portes de l’avenir, mais peut aussi bien aller à contre-courant de l’opinion dominante. Il abandonne la pensée purement opérationnelle au profit de la pensée évolutive et “anticipatrice”, en prise sur les besoins de demain et les évolutions des produits et des organisations».

Par-dessus tout, «un leader donne envie aux autres de réaliser des projets, des objectifs, voire leurs rêves. Il aide ceux qui l’entourent à acquérir une souveraineté personnelle et il redonne du sens aux moments les plus difficiles, les plus redoutés. Enfin, il allie également une intelligence à la fois profonde et pratique à une grande force de caractère. Celle-ci lui est indispensable pour ne pas être déstabilisé par les évènements et par les êtres», ajoute-il.

Toutefois, pour avoir l’estime de ses collaborateurs, un bon manager doit aussi savoir écouter. Dans les styles de management, on retrouve deux profils : ceux qui parlent et ceux qui écoutent. Ces derniers ont plus de chance d’atteindre l’objectif. «On ne peut faire preuve d’empathie si on n’analyse pas profondément les attentes des autres. Il ne suffit pas non plus de tendre l’oreille à son interlocuteur mais pouvoir donner un feed-back clair», note le patron d’une PME. C’est un véritable travail de coach qu’il faut conduire.

Ne dit-on pas aussi qu’un dirigeant est respecté pour ce qu’il est alors que le leader est respecté pour ce qu’il fait. Un ex-patron de multinationale a dit : «La légitimité d’un grand dirigeant réside dans sa capacité à servir et non pas à se servir». Ce qui revient à dire que l’humilité est également une qualité très appréciée chez les managers.

Enfin, un bon manager est celui qui sait prendre les bonnes décisions quand il le faut. «Il sait aussi être autoritaire, surtout lorsqu’il s’agit de trancher sur un problème. Mais il ne s’agit en aucun cas de s’imposer arbitrairement», note Jawad Squalli, Dg d’Aluminium du Maroc.

Sondage
Ce que les salariés attendent d’un manager

Qu’est-ce qu’un bon manager ? Pour répondre à la question, l’agence de conseil en ressources humaines Cubiks a réalisé une enquête auprès de 450 salariés répartis dans 8 pays européens.
A la lecture des résultats de cette enquête, on observe que les attentes des salariés envers leurs patrons sont importantes. Plus de 70 % des cadres estiment que leurs patrons ont été contre-performants dans leur travail pour des raisons de management et 60 % avouent avoir quitté une entreprise ou un poste pour des raisons de management. Le management apparaît donc comme un élément central dans la vie des salariés. Pour comprendre ce qui est, à leurs yeux, le meilleur et le pire du management, l’enquête s’est penchée sur les actions jugées les plus démotivantes et les plus motivantes. Parmi les premières, deux actions sont considérées comme particulièrement démotivantes : quand le manager accorde une augmentation de salaire insatisfaisante et quand il s’approprie l’une des réalisations du salarié. Les sondés citent aussi le manque de soutien sur un projet ou sur une tâche difficile (8 % des salariés considèrent cette action comme la plus démotivante), ou le manque de justesse d’une évaluation (7 %).

Parmi les actions motivantes, trois sont mises en avant : le soutien des managers dans les périodes de crise, la reconnaissance ou les félicitations du chef, le soutien de celui-ci pour obtenir une promotion.
Au final, près de 40 % des salariés plébiscitent comme principale qualité du manager son «honnêteté dans ses feedbacks». 17 % des salariés apprécient un manager «ouvert aux feedbacks». L’empathie et l’écoute sont donc des qualités indispensables. La fidélité vis-à-vis de ses collaborateurs est également citée parmi les qualités importantes du manager.