Emploi à  Tanger : Avis de Said Balhadj, Consultant RH et chercheur universitaire à  l’ENCG Tanger

« Il y a énormément d’opportunités d’emplois pour le pays en général si les profils sont adaptés aux besoins »

Il est clair que la région de Tanger a doublé le montant des investissements durant ces dernières années. L’offshoring, l’aéronautique et l’automobile restent les locomotives de la région. Ceci dit, le marché de l’emploi doit se réguler. Aujourd’hui, on constate que les profils classiques des écoles d’ingénierie ou de management peinent à trouver un emploi parce que les PME de la région recrutent rarement des profils Bac+5 dans ces domaines. De plus, toutes les écoles de management forment les mêmes profils pour un marché restreint.

Les entreprises ont avant tout besoin de techniciens spécialisés, et ce dans tous les domaines. Ce, sont ces formations métiers qui manquent.
Sur ce point, je voudrais souligner que la création de l’institut de formation pour les métiers de l’automobile est un bon exemple car l’école est financée conjointement par l’Etat et le groupe Renault et permet d’avoir différents profils dans le domaine de l’automobile.

On peut également ajouter l’exemple du partenariat Veolia Maroc et l’Université Abdelmalek Essaâdi de Tanger/Tétouan qui ont mis en place une licence professionnelle en assainissement. Cette formation diplômante a pour principal objectif de former des professionnels aux métiers de l’environnement et plus précisément à l’assainissement en milieu urbain. Ce type de licence est parfait pour la diversification des profils. C’est d’ailleurs un positionnement qui est devenu nécessaire et qu’on peut apprécier à travers la mise en place des parcs industriels intégrés, notamment l’agropole de Meknès où il est question de développer les métiers de l’agro-industrie, le projet Halieutis d’Agadir qui a pour objectif de développer les métiers de la pêche et enfin le projet Nouaceur où il est question de développer les métiers aéronautiques.

Enfin, le dernier exemple est celui de Tanger Automitive City, situé dans la nouvelle zone de Melloussa, qui aura pour objectif de développer les secteurs de l’industrie métallurgique, mécanique, électrique et électronique mais aussi les industries chimiques et para-chimiques et les activités logistiques. En attendant l’ouverture de l’agropole de Larache, la zone de Melloussa accueillera également les industries agroalimentaires exportatrices qui souhaitent s’implanter à proximité du port de Tanger Med. Cela veut dire qu’il y a énormément d’opportunités d’emplois pour la région et pour le pays en général si les profils sont adaptés aux besoins.