Comment intégrer votre nouveau collaborateur en entreprise ?

Culture d’entreprise, politique globale de l’entreprise, facteur humain…, il y a cinq grands domaines dans lesquels tout nouveau collaborateur va devoir s’intégrer. Un recrutement réussi dépend pour une grande part de la capacité de l’entreprise à  mettre en Å“uvre un véritable plan d’intégration.

Si le recrutement réussi dépend d’une solide procédure de sélection, l’intégration, dernière étape du recrutement, est fondamentale pour garantir cette réussite et éviter toute désillusion réciproque. Pour réussir l’intégration d’un nouveau collaborateur, chaque entreprise doit mettre en place une procédure institutionnalisée. Cette dernière comprend un plan d’intégration individualisé et repose fondamentalement sur un engagement complet et une réelle disponibilité des différents acteurs.

Bien intégrer est une question de méthode, mais aussi et surtout de comportement. La procédure s’élabore à partir de l’analyse globale de l’espace dans lequel évolue la structure d’accueil du nouveau collaborateur.
Cinq grands domaines dans lesquels tout nouveau collaborateur va devoir s’intégrer.

  • Le premier est celui de l’histoire et de la culture de l’entreprise. Chacune a ses us, ses coutumes, son langage et aussi ses valeurs. Le nouvel arrivant va devoir les connaître, les comprendre et les intégrer sous peine d’exclusion.
  • Le second domaine est celui de la politique globale de l’entreprise, de ses projets, de ses objectifs. Où allons-nous ? Pourquoi y allons-nous ?, sont des questions que se pose le nouveau collaborateur et auxquelles il convient d’apporter des réponses. De celles-ci en effet dépend son implication.
  • Le troisième domaine est celui de l’humain. Le nouveau collaborateur va devoir vivre dans une nouvelle sphère relationnelle, intégrer une nouvelle équipe, une nouvelle ligne hiérarchique, avoir de nouveaux interlocuteurs internes, de nouveaux partenaires externes. Il s’agira donc ici de l’aider à s’adapter à cette diversité afin que, accepté et reconnu par cet environnement, il s’intègre parfaitement.
  • Le quatrième domaine est celui des lieux et matériels. Avoir des points de repères, identifier son territoire et ses interlocuteurs, situer les moyens mis à sa disposition, etc., constituent des besoins préalables à son intégration.
  • Le cinquième domaine concerne la dimension juridique. De la convention collective au règlement intérieur, des «habitudes orales» aux procédures qualité, des règles d’hygiène aux règles de sécurité, tout doit être connu et respecté par le nouveau collaborateur dès son entrée sur scène ! Il appartient là encore à l’entreprise qui accueille de créer les conditions pour un accès rapide à ces informations.

Cette procédure d’intégration comportera les éléments suivants :

– la mise en place d’un vrai moment d’accueil individualisé ;
– la nomination d’un tuteur, réel référent, guide, soutien, voire formateur. Ce tuteur  n’est ni juge ni partie, son rôle est de favoriser l’intégration. Il peut aussi assurer la remise au nouveau collaborateur de l’information et des moyens nécessaires à son fonctionnement ;
– la transmission de documents, indispensables au nouveau collaborateur dans son travail, est un élément essentiel de la procédure ;
– la mise en place d’une information systématique, aussi bien en interne qu’en externe, sur les recrutements réalisés, constitue un autre facteur de réussite ;
– la mise en place d’une visite organisée des lieux est aussi indispensable. Ces visites doivent être programmées ;
– Enfin, la rédaction et la mise en œuvre d’un Plan d’intégration représentent la dernière opération clé du processus d’intégration. Ce plan va permettre de suivre efficacement les étapes de l’intégration. Il donnera également plus d’objectivité à la décision qui sera prise en fin de période d’essai.

Un recrutement réussi dépend pour une grande part de la capacité de l’entreprise à mettre en œuvre un véritable Plan d’intégration. Grâce à celui-ci, l’arrivée du nouveau collaborateur se fera dans l’harmonie trouvée d’un équilibre entre dimension économique et dimension humaine. Le temps investi dans cette opération sera payé en retour par une efficacité accrue du nouveau collaborateur qui, guidé, rassuré, saura ce que l’on attend de lui et comment répondre aux exigences de son nouveau poste. L’intégration de qualité est un moyen de préparer l’avenir. Le nouveau collaborateur, confirmé dans son poste, reconnu par son environnement, évoluera de façon autonome et efficace.