Asmaa CHARRAF : « Les congés ne doivent pas être imposés »

Asmaa Charraf, DRH d’IB Maroc : Le congé est un droit et il favorise le bien-être de la personne. Par conséquent, il faut qu’il soit étalé sur l’année et non sur l’été. Autre point important, savoir se baser sur un système de délégation et de transfert de connaissances pour que toute personne puisse prendre en charge un projet en instance sans qu’il y ait perturbation.

Fondamentalement, la difficulté de gestion des congés est d’abord liée à la notion de management et non pas à la notion de logistique, contrairement à ce que les gens peuvent penser. Le problème ne peut être mieux résolu que grâce à la bonne volonté de toutes les parties prenantes, employeur et employés.

A mon avis, il faut prendre en compte trois dimensions. La première est la notion de continuité du service. On sait par exemple que dans les banques, assurances et autres administrations publiques, il y a une activité à préserver. Par conséquent, la gestion des congés devient plus complexe.

La deuxième dimension concerne la taille de l’entreprise. S’agit-il d’un effectif réduit ou important ? Le problème est plus compliqué dans le premier cas.
La troisième notion concerne la conciliation entre les desiderata des salariés et les contraintes de l’entreprise ; c’est-à-dire comment assurer une continuité de l’activité tout en permettant aux salariés de profiter de leur congé.

Chez nous, par exemple, nous avons sondé nos collaborateurs pour connaître leurs attentes, priorités en matière de programmation… On a constaté que 80% préfèrent prendre un congé avant ou après Ramadan. Le reste veut être libre durant cette période pour accomplir leur devoir religieux (Omra).   
Nous avons également constaté que nos ingénieurs, qui sont souvent en mission chez le client, n’arrivent pas toujours à consommer la totalité de leur congé. On les informe quand cela est nécessaire ou possible pour qu’ils puissent bénéficier du reliquat.

Pour toute l’entreprise, nous établissons une cartographie qui nous permet d’identifier le nombre de jours de congé programmés, les périodes souhaitées, et ce, depuis le début de l’année. Le maître mot est l’anticipation. Il est également important d’établir des règles afin d’éviter les chevauchements.

Nous considérons que le congé est un droit et qu’il favorise le bien-être de la personne. Par conséquent, il faut qu’il soit étalé sur l’année et non sur l’été.
Autre point important, savoir se baser sur un système de délégation et de transfert de connaissances pour que toute personne puisse prendre en charge un projet en instance sans qu’il y ait perturbation.

Nous estimons qu’il faut également sensibiliser les managers sur cette période critique en instaurant une procédure claire.
A mon avis, les règles doivent être acceptées et validées par les équipes de chaque direction.

Si une exception doit se faire, il faut qu’elle soit acceptée par l’ensemble des personnes concernées. Sinon, si tout manager commence à trancher sans avoir l’avis des concernés, cela sera perçu comme de l’iniquité.