Ambition au travail : Avis d’Essaid Bellal, DG du cabinet Diorh

Dans les entreprises rigides, on discute d’objectifs mais rarement d’ambitions.

Les ambitions, tout le monde en a, sinon, je ne vois pas ce qu’on fait dans cette vie. La différence réside dans la manière d’atteindre les objectifs. Je pense qu’on doit tisser sa toile en toute discrétion. Si vous êtes compétent et sérieux, il est toujours possible d’avancer. Comme vous le savez, nous sommes dans un environnement où les gens intériorisent l’égalitarisme sans s’en rendre compte ou sans

le reconnaître. Dès que vous essayer de sortir du lot, vous commencez par encaisser toutes les remarques désobligeantes.

Il faut dire qu’on a du mal à exprimer ses ambitions dans une structure rigide. Généralement, ce sont les entreprises qui ne disposent pas de véritables structures RH qui ne sont pas en mesure de comprendre et canaliser les ambitions de leurs cadres. Le plus souvent, on discute d’objectifs mais rarement d’ambitions.

Bien évidemment, dans le domaine du recrutement, la question ne laisse pas indifférent. Certaines entreprises démontrent par exemple peu d’intérêt pour cette question parce que les postes à pourvoir sont figés. En revanche, pour des entreprises qui ont des postes plus sensibles, on cherche avant tout des têtes bien faites. De même que dans les entreprises qui ont mis en place une démarche de gestion des talents, l’une des premières qualités recherchées chez les candidats, c’est bien leurs ambitions et motivations personnelles.

Par ailleurs, il faut savoir jauger cette qualité chez les candidats. Quand on leur pose la question de savoir comment ils comptent évoluer dans cinq ans. Si la réponse est du genre : je compte m’appuyer sur la famille ou mes réseaux pour décrocher un bon poste, ça ne passe pas.

Par contre, si la personne veut évoluer par l’apprentissage et la formation, là je dirais que son ambition est tout à fait légitime.

D’un autre côté, il faut savoir surveiller certaines populations jugées trop ambitieuses, à commencer par les commerciaux, les responsables marketing et communication. Ce sont des populations très volatiles car ils cherchent avant tout de nouveaux challenges.

Pour moi, un ambitieux «intelligent» est celui qui va chercher à atteindre aussi bien ses objectifs que ceux de son entourage. Autrement dit, il doit travailler en synergie avec les autres.