«Les formations techniques sont faites en interne»

El Hassane Khedif : Les besoins en formation sont en général évalués au moment de la revue des performances. Nous avons mis en place un système de suivi des performances qui intègre la formation comme un élément central de planification et le développement des performances.

La Vie éco : Comment évaluez-vous vos besoins de formation ?
El Hassane Khedif : Les besoins en formation sont en général évalués au moment de la revue des performances. Nous avons mis en place un système de suivi des performances qui intègre la formation comme un élément central de planification et le développement des performances.

Comment choisissez-vous vos actions de formation ?
Les réponses aux trois questions suivantes nous permettent d’orienter et de mieux cibler les actions de formation, à savoir :
– De quelles compétences les collaborateurs ont-ils besoin pour se perfectionner dans ce qu’ils font aujourd’hui ?
– De quels compétences et savoir auront-ils besoin pour accéder à un poste supérieur ?
Et de quels compétences, connaissance et savoir auront-ils besoin pour donner une nouvelle orientation à leur carrière professionnelle ?
En répondant à ces trois questions, chaque collaborateur aura à définir, en collaboration avec son supérieur hiérarchique, ses priorités par rapport aux besoins de l’organisation à court et moyen terme, et aussi par rapport à ses aspirations professionnelles.

Préférez-vous les dispenser en interne ou externe? Les deux options sont pratiquées au sein de notre compagnie. Quand il s’agit de formations spécifiquement techniques, la formation se fait en interne parce que nous bénéficions du transfert de savoir-faire et du know how de la compagnie. Mais quand il s’agit d’une formation managériale ou de développement personnel, la formation externe est d’un apport très enrichissant pour l’ensemble des participants.

Evaluez-vous ces actions de formation ? Comment ? De quelle manière en assurez-vous le suivi ?
Le système d’évaluation des performances mis en place nous permet d’assurer et de suivre l’impact de la formation et c’est une responsabilité partagée entre le collaborateur et son supérieur hiérarchique. Il nous arrive d’avoir des loupés ou des formations mal ciblées, surtout pour ce qui est des formations longue durée et des formations en langues .

El Hassane Khedif Directeur des ressources humainesà GlaxoSmithKline-Afrique du Nord.