Un observatoire de la PME en gestation

l’anpme dégage un excédent de 30 mdh

Latifa Chihabi, directrice de l’ANPME.

30MDH ! Aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est l’excédent budgétaire qu’a pu dégager l’ANPME (Agence nationale pour la promotion de la petite et moyenne entreprise), qui est une administration, au titre de 2005. Le chiffre a été dévoilé lors du conseil d’administration de l’agence qui s’est tenu le 4 juillet dernier.

Mais ce n’était pas là la seule bonne nouvelle du jour. Les responsables de l’ANPME annoncent également un projet, en gestation, de mise en place d’un observatoire de la PME. Organisme qui aura pour principales missions d’assurer une veille, de suivre l’évolution des PME, le rythme de leurs créations, le taux de mortalité, les secteurs porteurs…

Nombre d’observateurs s’accordent à dire que l’agence, en dépit de la faiblesse des moyens financiers dont elle dispose, a atteint son rythme de croisière. La preuve, elle semble s’orienter de plus en plus vers une meilleure connaissance du tissu des PME/PMI. Objectif assigné : déceler et mieux connaître leurs besoins. Et pour cela, les responsables de l’agence ont décidé de changer d’approche. En effet, l’ANPME a longtemps privilégié les études sectorielles. Cette fois-ci, et afin d’appréhender les besoins de la PME/PMI de manière intégrale, une étude globale sera lancée incessamment.

Cela dit, le problème du financement de la PME reste posé. Beaucoup se demandent en effet s’il n’est pas opportun de créer aussi un fonds unique de promotion de la PME-PMI et de confier sa gestion à l’agence. Un choix qui permettra certainement de renforcer son autonomie et surtout de mener ses plans d’action indépendamment de la tutelle qui, de surcroît, change souvent à l’arrivée d’un nouveau gouvernement.