Un milliard de dirhams pour les petites entreprises

Un milliard de DH, c’est l’enveloppe que consacrera le groupe Attijariwafa bank au financement de la création de TPE (toutes petites entreprises) à compter du 1er juin prochain. Forte de l’expérience vécue avec l’émission Challengers (voir page 20), le champion national s’est décidé à capter les porteurs de projets qui échappent au classique circuit de financement bancaire pour cause de moyens et/ou de garanties insuffisantes. Des affaires le plus souvent individuelles dont les besoins de financement se situent entre ceux satisfaits par le micro-crédit et ceux auxquels sont éligibles les PME.

« Ce sont le plus souvent des projets semi-industriels ou commerciaux qui nécessitent une enveloppe de démarrage comprise entre 100 000 et 300 000 DH ». Au total, l’enveloppe dédiée par le groupe permettra de financer entre 3 000 et 4 000 TPE, soit environ 6 000 emplois à créer.

Comme dans le cas des demi-finalistes de Challengers, les crédits seront accordés au taux minimum accordé par la banque et en exonération des frais de dossier et de gestion de compte. Attijariwafa bank va plus loin puisqu’elle offre à ces porteurs de projets un package intégrant l’externalisation de la comptabilité et de la paie, ainsi que le conseil juridique et fiscal pendant un an.

Ne risque-t-on pas de se retrouver dans le schéma du Crédit jeunes promoteurs avec son lot d’échecs ? «C’est différent, précise-t-on. D’une part, il s’agit de projets d’envergure moins importante et, d’autre part, et surtout, l’expérience acquise avec les deux éditions de Challengers nous a appris à gérer ce genre de dossiers. Cela sans compter qu’il y aura un accompagnement».

Cela dit, quel type d’activité est éligible ? « Tout cela sera déterminé bientôt», l’on sait cependant que ce ne sera pas des professions libérales. Ultime précision : une campagne de communication sera lancée et un numéro d’appel spécifique sera mis en place.