Tout augmente… sauf la bourse d’études

Au Maroc, il n’existe pas moins de 130 000 boursiers de l’enseignement supérieur. Et pour l’année 2008, le gouvernement a budgétisé la somme de 428 MDH dont 421 MDH seront réservés aux étudiants boursiers qui poursuivent leurs études dans les différentes facultés et établissements de formation professionnelle marocains et 7 MDH aux étudiants marocains faisant leurs études à l’étranger. Il est à signaler qu’au niveau local le montant des bourses d’études est variable. Au cours des deux premiers trimestres, les étudiants reçoivent 1 300 DH par période, alors que pour le dernier trimestre, l’Etat, «plus généreux», accorde 1 700 DH.
En 2008, l’Etat paiera les études de 44 000 nouveaux boursiers, sur les 90 000 bacheliers qui ont rejoint les bancs de l’enseignement supérieur. Au total, ce sont près de 300 000 étudiants qui sont inscrits dans les universités, les écoles d’enseignement supérieur et les écoles techniques du Royaume, sans compter que plus de 22 000 étudiants marocains sont inscrits dans les écoles d’enseignement supérieur privé, qui ne sont pas, en principe, concernés par ce système de bourse. Certes, l’Etat a consenti des efforts pour soutenir les moins aisés, mais avec un peu plus de 400 DH/mois il est difficile pour ceux qui viennent d’autres villes de joindre les deux bouts. Cela fait plus de 20 ans que le montant de la bourse d’études n’a pas bouger.