Syndicats : tous premiers !

Syndicats : tous premiers !
La centrale d’Amaoui garde la main mais doit désormais compter avec un sérieux challenger, la FDT de Tayeb Mounchid (à  gauche).

Les résultats des élections des membres des commissions paritaires, qui participeront à  l’élection de neufs parlementaires à  la Chambre des Conseillers, sont enfin connus. Ils sont grosso modo marqués par deux tendances. D’abord, la Fédération démocratique du travail (FDT), dirigée par Tayeb Mounchid, et la Confédération démocratique du travail (CDT), de Mohamed Noubir Amaoui, ont raflé la moitié des suffrages et des sièges. Ensuite, l’Union nationale des travailleurs marocains (UNTM), proche du PJD et dirigée par Abdeslam Maâtia, a enregistré une percée électorale remarquable. Mais à  lire les communiqués triomphalistes de ces centrales syndicales, on a l’impression qu’elles ont toutes gagné. En fait, chacune d’elles est arrivée en tête dans l’un des secteurs de la fonction publique. Ainsi, à  l’Education nationale, la FDT a remporté 26% des suffrages. Elle est talonnée de près par la CDT, avec 24% des voix exprimées. Vient ensuite l’UGTM (18% des suffrages). Enfin, l’UNTM grimpe à  la quatrième position avec 15% des suffrages et 138 sièges. Dans le secteur agricole, les résultats sont tout autres: l’UMT a raflé 47% des suffrages exprimés, suivie par l’UGTM (26% des voix), la CDT (15% des voix), la FDT (6% des voix) et l’UNTM (12 sièges). Enfin, dans le secteur de la Santé publique, le classement est différent. La CDT a raflé la mise en remportant 228 sur les 486 sièges à  pourvoir, suivie par la FDT (26% des voix), l’UMT (13,6% des voix), l’UGTM (9,3% des voix) et l’UNTM (3,8% des voix). Bref, chacun s’est positionné premier là  o๠il avait le plus de chance en raison de son implantation historique. Mais que de démagogie et de manipulation envers un public qui n’est plus dupe. Et dire que ce sont ces même syndicats qui crient à  la désaffection populaire envers leurs organisations.