SOMED intéressée par Redal

Des investissements importants que Redal ne manquera pas de monnayer.

La Vie éco a appris de sources bien informées que la Société Maroc Emirates Arabes Unies du Développement (SOMED) serait en voie de prendre des parts dans le capital de Redal, le gestionnaire délégué d’eau et d’électricité de Rabat, dont la totalité du capital est actuellement détenue par le français Veolia Environnement. Des discussions entre les deux parties sont en effet engagées depuis plus d’un an et, en janvier 2003 déjà, elles avaient abouti à un accord de principe. Selon nos sources, Veolia Environnement serait disposée à céder 10% du capital de Redal à la Somed. Auprès de Redal, on explique qu’il n’y a pas eu de modification du tour de table. Mais, selon des sources proches du dossier, «l’intérêt de Somed existe, et des discussions ont lieu, mais les modalités de l’opération, notamment la quote-part et le prix, n’ont pas encore été fixés».
Une telle opération s’inscrit dans le prolongement naturel du partenariat naissant entre Somed et Veolia. Ces relations s’étaient renforcées en juin 2003, date à laquelle Somed avait porté à 33% – après avoir racheté les 18% de Hydro-Québec – sa part dans le capital d’Amendis, le gestionnaire délégué de l’eau et de l’électricité à Tanger, lui aussi contrôlé par Veolia Environnement.
La question qui reste posée est celle du prix. Au vu du redressement spectaculaire qu’a pu réaliser Veolia depuis qu’elle a repris Redal en 2002, il est logique de penser que le prix sera conséquent. En effet, Redal est non seulement sortie du rouge, mais de plus, 2004 devrait être un bon cru avec un chiffre d’affaires qui dépasserait (pour la première fois) les 2 milliards de dirhams et des bénéfices cumulés au-delà de 100 MDH.
Au vu de ces performances, certains analystes situent d’ores et déjà le montant de la transaction, non encore dévoilé par les deux parties, dans une fourchette allant de 150 MDH à 170 MDH