RAM-pilotes : le compromis enfin trouvé

Des concessions faites de part et d’autre.

Après un conflit qui a lourdement pesé sur l’activité et les comptes de la compagnie aérienne (voir article en page 12), les pilotes de RAM et la direction de la compagnie sont arrivés à un accord global signé le 5 octobre par les deux parties. Dans la douleur, puisque l’issue a été trouvée au terme de deux longs mois de tractations intensives ponctués par quatre arrêts de travail. Entre le 7 juillet et le 9 septembre, plusieurs rounds de discussions, souvent tendues, ont été tenus.
L’accord a finalement été atteint au prix de concessions faites de part et d’autre, alors que chaque partie était catégorique sur ses revendications jusque-là. Ainsi, les pilotes ont pu avoir gain de cause sur leur revendication relative à la marocanisation du poste de commandant de bord. L’accord stipule que d’ici la fin 2010 tous les postes de commandant de bord au sein du groupe RAM, et plus spécialement la filiale Atlas Blue où opèrent une trentaine de pilotes étrangers, seront occupés par des pilotes marocains.
En contrepartie, les officiers pilotes de RAM qui seront transférés à Atlas Blue acceptent grosso modo de garder leur rémunération sans prétendre à ce que celle-ci soit alignée sur celle des pilotes étrangers qui sont, selon l’AMPL, mieux payés que les Marocains.
L’accord porte aussi sur l’aménagement du temps de travail des pilotes, notamment sur des vols dits difficiles vers l’Afrique, selon la  réglementation en vigueur, et de l’application des anciens accords que l’AMPL reprochait à RAM d’ignorer, notamment pour ce qui est du volet programmation qui n’offrait pas beaucoup de visibilité aux pilotes.
Les parties ont décidé, par ailleurs, de constituer une commission qui sera chargée de veiller à l’application des dispositions  de cet accord.