Plus de dérogation pour le Crédit agricole

Il est soumis aux règles prudentielles depuis le 30 juin

Le Crédit agricole du Maroc vient de tourner définitivement une page de son histoire. Depuis le 30 juin 2007, les mesures dérogatoires qui lui avaient été accordées par Bank Al Maghrib – pour cause de restructuration – ont expiré. La Banque verte est désormais assujettie aux règles prudentielles et à  la loi bancaire au même titre que les autres banques de la place.

La banque entame cependant sa nouvelle ère avec des armes bien affûtées. Le gros boulet qu’elle traà®nait, celui des créances en souffrance, est presque entièrement extirpé des comptes de la banque. De 11 milliards de DH, il y a 8 ans, les créances en souffrance sont passées aujourd’hui à  2 milliards de DH. Pour y arriver, un gros effort a été fourni sur le recouvrement, l’année 2006 ayant constitué un record puisque 1,2 milliard de DH ont été récupérés auprès des mauvais payeurs et des retardataires.

Au passage, le Crédit agricole a continué sur sa lancée en améliorant ses indicateurs de résultats : à  fin juin 2007, le résultat net (provisoire) se chiffre à  240 millions de DH et, pour l’exercice 2007, on s’attend à  une évolution non pas à  deux chiffres mais à  trois chiffres par rapport à  2006 (140 MDH). Du côté des ressources, le volume des dépôts collectés auprès de la clientèle atteint aujourd’hui 40 milliards de DH contre 12,5 milliards en 2003.

Résultat, la banque, qui dispose du troisième réseau de la place, devrait occuper à  la fin de cette année la quatrième place aussi bien en termes d’emplois que de ressources.