Pénurie de ciment annoncée

la grève des transporteurs a perturbé le marché

Les opérateurs du BTP sont inquiets. Et pour cause, le secteur connaît actuellement une pénurie de leur principal ingrédient : le ciment. En témoigne ce grand promoteur immobilier marrakchi qui, depuis quelques jours, a du mal à s’approvisionner en ciment. «En moyenne, je consomme quotidiennement cinq citernes de ciment. Depuis quelques jours, je n’en trouve qu’une seule». Et ce promoteur n’est pas le seul à craindre une pénurie de ce matériau de construction. Rachid Jamaï, DG du groupe éponyme, fait également le constat de la pénurie tout en l’attribuant, en grande partie, à la grève des transporteurs qui a paralysé le pays durant près d’une semaine. «A ce moment-là, nous étions obligés de puiser dans nos stocks pour ne pas ralentir notre cadence de travail. Pour reconstituer ces stocks et répondre à la demande normale, il faudrait une période de trois à quatre semaines», explique le promoteur.

Pour leur part, les cimentiers évitent de parler de pénurie et lui préfèrent plutôt le terme «tension sur le marché», selon les propos de Mohamed Chaïbi, DG de Ciments du Maroc et président de l’Association professionnelle des cimentiers (APC). Ce dernier estime qu’avec la fête du Mawlid et les rumeurs constantes d’un retour à la grève, les chantiers ont élevé leur rythme de production, ce qui n’a pas été pour atténuer la pression. Cependant, estime-t-il, le marché devrait retrouver son niveau normal d’ici l’été avec l’entrée en activité sur le marché de la nouvelle cimenterie du groupe Ciments du Maroc, à Taroudant (1,8 million de tonnes).

A signaler que, parallèlement à la hausse de la production des unités de logements et au lancement des grands projets d’infrastructures, la consommation de ciment est constamment en évolution.