PAM-RNI : un groupe avant la fusion ?

Un méga-groupe de 75 députés

Sa faible performance aux élections partielles n’a pas empêché le Parti Authenticité et Modernité (PAM) d’avancer encore ses pions sur l’échiquier politique.Lundi 29 septembre, à Rabat, la formation de Ali El Himma, par la voix de son secrétaire général,Hassan Benaddi, annonçait la fusion de ses groupes parlementaires avec ceux du RNI, dans les deuxChambres du Parlement.

Les premiers contacts avaient eu lieu dès le lancement du MTD, en février 2008.Y parvenir n’a d’ailleurs pas toujours été facile. «Nous avons eu des discussions houleuses, les débats ont été francs, sans complaisance.

A un moment, nous nous sommes même dit que cela ne pourrait pas se faire», explique Mohamed Boussaïd,ministre RNI du tourisme et de l’artisanat et membre du bureau politique de ce parti, qui y voit une promesse de solidité pour l’alliance. Désormais, explique-t-on, les groupes parlementaires PAM-RNI devraient permettre de consolider l’alliance gouvernementale.

Il faut dire qu’avec 75 députés le bloc devient la première force politique de la Chambre des représentants, alors qu’il y a seulement un an c’était l’Istiqlal, arrivé en tête aux législatives, qui se prévalait de ses 52 députés.

Côté Chambre des conseillers, le compte est moins précis, en attendant la clarification des positions de certains élus qui oscillent entre leur appartenance harakie et leur tentation de rejoindre le nouveau parti.En gros, la nouvelle alliance PAM-RNI devrait s’arroger quelque 80 élus.

Serait-ce là les prémices d’une fusion entre PAM et RNI ? L’on se rappelle qu’au moment de la formation de son premier bloc parlementaire, en début d’année,M.El Himma répétait à qui voulait l’entendre qu’il ne s’agissait que de regroupements d’élus, et non de fusion de partis. Mais, on le sait bien, en politique, on n’est jamais sûr de rien…