Mobil cédera-t-il ses activités au Maroc ?

Le personnel de Mobil Maroc est dans l’attente. Des responsables de la filiale marocaine ont, en effet, effectué un déplacement en Belgique où se trouvent les bureaux régionaux d’Exxon Mobil dont relève l’activité Maroc. Et beaucoup, en interne, s’attendent à ce que la délégation annonce, à son retour, la cession de la filiale marocaine à la compagnie néerlandaise Tamoil. Pourquoi cette hypothèse ? Deux éléments y concourent : en octobre 2006, déjà, Tamoil avait racheté les activités de distribution de Mobil dans cinq pays africains, à savoir le Cameroun, la Côte-d’Ivoire, le Gabon, le Sénégal et l’île de la Réunion. A l’époque, Exxon Mobil avait annoncé qu’elle maintiendrait sa présence africaine dans quatre pays seulement, à savoir le Maroc, la Tunisie, l’Egypte et le Nigeria.

Mais, aujourd’hui, la donne semble avoir changé. Si l’information sur un rachat par Tamoil n’est pas encore confirmée, le personnel de Mobil Maroc commence à ressentir les premiers signes du changement. Depuis quelques mois, Mobil Maroc a procédé à un dégraissage consistant de ses effectifs. De nombreux salariés, y compris de très hauts cadres et d’autres qui sont là depuis plus de dix ans, ont adhéré à un programme de départs volontaires contre des indemnités parfois conséquentes. Aujourd’hui, Mobil Maroc ne compte plus qu’une vingtaine de salariés pour un parc de quelque 200 stations service…